Accueil Contexte politico-économique

drapeau Zimbabwe Zimbabwe : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

Malgré l'instabilité monétaire et l'inflation élevée, l'activité économique du Zimbabwe fait preuve de résilience. La croissance du PIB devrait atteindre 5,3 % en 2023, grâce à l'expansion de l'agriculture et de l'exploitation minière, ainsi qu'aux entrées de devises et aux envois de fonds qui soutiennent le commerce et les services intérieurs. Toutefois, la croissance devrait ralentir pour atteindre environ 3,25 % en 2024, en partie à cause des effets de la sécheresse sur la production agricole et de la baisse des prix des produits de base. Ces facteurs devraient avoir un impact sur les entrées de devises étrangères, mais les envois de fonds devraient rester solides, et le compte courant devrait afficher un léger excédent (FMI).

En 2023, l'instabilité de la monnaie locale (ZWL) s'est accrue : le taux de change officiel s'est déprécié d'environ 95 %, tandis que la disparité avec le taux du marché parallèle est restée substantielle, dépassant 30 %. Le budget national de 2023 a révélé un déficit global de 336,8 milliards de ZWL, équivalant à 1,5 % du produit intérieur brut, avec des besoins de financement totalisant 575,5 milliards de ZWL, couvrant l'amortissement des prêts et les titres du gouvernement à hauteur de 248,6 milliards de ZWL. En réponse aux pressions inflationnistes de l'économie, qui ont culminé entre mai et juin 2023, des ajustements ont été apportés au cadre budgétaire macroéconomique, ce qui a entraîné un creusement nominal du déficit budgétaire à 3 600 milliards de ZWL et une révision de la stratégie d'emprunt. De janvier à septembre 2023, le gouvernement a réussi à lever 305,9 milliards de ZWL par l'émission de bons du Trésor, dépassant l'objectif d'emprunt révisé d'environ 276,3 milliards de ZWL (chiffres officiels du gouvernement). Le ministère des Finances prévoit que le déficit budgétaire du Zimbabwe s'élèvera à 1,2 % du PIB à la fin de l'année 2024. En ce qui concerne la dette publique, le Bureau de gestion de la dette publique (PDMO) a révélé que la dette publique et garantie par l'État (PPG) totale a légèrement augmenté de 0,6 % par an, atteignant 17,7 milliards USD à la fin du mois de septembre 2023, contre 17,6 milliards USD en septembre 2022. Sur l'encours total de la dette PPG en septembre 2023, 72 % (12,7 milliards USD) ont été acquis à l'extérieur, tandis que 28 % (5 milliards USD) ont été obtenus sur le marché intérieur. La dette extérieure du PPG se compose de la dette bilatérale (6 milliards USD), de la dette multilatérale (3,1 milliards USD) et de la dette de la Reserve Bank of Zimbabwe (RBZ) (3,6 milliards USD). Le FMI a estimé le ratio dette/PIB à 95,4 % en 2023. Depuis juin 2023, le gouvernement a pris des mesures proactives pour lutter contre l'inflation élevée en resserrant la politique monétaire afin de réduire à la fois l'inflation et la prime du marché parallèle. En outre, il a prolongé l'utilisation du dollar américain comme monnaie légale jusqu'en 2030. L'augmentation de l'inflation se produit dans un contexte de dépréciation de la monnaie locale par rapport au dollar américain, exacerbée par la pénurie actuelle de devises étrangères dans le pays. Cette volatilité des devises a entraîné une escalade des prix, les entreprises s'efforçant de faire face aux pressions inflationnistes croissantes.

Le taux de chômage est estimé à 21 % en 2023, selon ZimStat, l'agence nationale des statistiques du pays. Toutefois, ce taux ne reflète pas les pertes de revenus dues à la réduction du temps de travail, aux congés non rémunérés et à la diminution des possibilités d'activités dans les secteurs formel et informel, qui ont été exacerbées par la pandémie et ont conduit des milliers de personnes parmi les plus pauvres du pays au chômage, laissant des millions de Zimbabwéens au bord de la famine. En outre, l'économie informelle est très répandue et seuls 5 % des travailleurs ont un emploi formel. Selon la Banque mondiale, plus de 38,3 % de la population vit encore sous le seuil de pauvreté et le taux d'extrême pauvreté a augmenté ces dernières années. Le PIB par habitant (PPA) du pays est estimé à 2 607 USD en 2022, soit l'un des plus bas du monde (Banque mondiale).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 31,4932,4247,0849,7350,48
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 6,24,13,63,53,3
PIB par habitant (USD) 1.9912.0062.8572.9622.953
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 98,495,456,952,248,2
Taux d'inflation (%) n/a314,5222,4128,172,3
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,320,28-0,32-0,41-0,47
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 1,00,9-0,7-0,8-0,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database , Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

Les principaux secteurs économiques

Le Zimbabwe possède d'abondantes ressources naturelles, notamment des diamants, de l'or, du charbon, du minerai de fer, du nickel, du cuivre, du lithium, de l'étain et du platine. Le diamant, l'or et le platine sont les ressources naturelles les plus importantes du point de vue économique. Bien que le pays soit riche en ressources, seuls 10,3 % des terres sont arables. L'agriculture représente 7,2 % du PIB et emploie 53 % de la population (Banque mondiale). Le secteur agricole est dominé par la production de tabac, qui est la deuxième source de devises étrangères du pays. Les autres exportations agricoles comprennent le maïs, le coton, le blé, le café, la canne à sucre, les arachides, les moutons, les chèvres et les porcs. L'économie du Zimbabwe dépend fortement de ses secteurs minier et agricole. L'agriculture reste vulnérable aux chocs climatiques dans le pays : selon le ministre des finances, le Zimbabwe devrait connaître une réduction de 50 % de sa récolte de maïs de base en 2024, tombant à 1,1 million de tonnes en raison d'une sécheresse induite par El Niño. Cela contraste avec les besoins annuels du pays de 1,8 million de tonnes de maïs pour la consommation humaine et la récolte de maïs précédemment prévue de 2,3 millions de tonnes en 2023.

L'industrie minière domine le secteur industriel. Les autres produits industriels comprennent l'acier, le bois, les produits chimiques, le ciment, les engrais, les vêtements, les chaussures, les produits alimentaires et les boissons. L'industrie représente 40,4 % du PIB et emploie 14 % de la main-d'œuvre. La faible croissance globale des secteurs minier et manufacturier reflète un environnement commercial difficile, caractérisé par une inflation élevée, des conditions de financement strictes et la poursuite des politiques de rétention des devises, qui augmentent les coûts des activités commerciales et empêchent le secteur minier de tirer parti de la hausse des prix mondiaux des minéraux. Fin 2023, le gouvernement a introduit la politique nationale de développement industriel du Zimbabwe (ZNIDP) (2024-2030), remplaçant la politique nationale de développement industriel qui a expiré en 2023.

Les services, qui représentent 40,7 % du PIB, emploient 34 % de la main-d'œuvre et dépendent fortement du tourisme, étant donné que le pays possède un certain nombre de sites touristiques d'importance mondiale. Les recettes touristiques du Zimbabwe ont augmenté de 22 % en glissement annuel en 2023, atteignant 1,1 milliard USD, ce qui montre des signes de reprise après la crise due à la pandémie. Les secteurs de la construction et de la finance jouent également un rôle dans l'économie du Zimbabwe. Le pays dispose d'un secteur bancaire inspiré du modèle britannique, la Reserve Bank of Zimbabwe (RBZ) faisant office de banque centrale. Le secteur comprend des banques commerciales, le sous-ensemble le plus important, ainsi que des banques d'affaires, qui facilitent le financement du commerce et les transactions d'entreprise telles que les fusions et les acquisitions. Il existe également des sociétés de crédit immobilier qui proposent des prêts hypothécaires, la People's Own Savings Bank, qui appartient au gouvernement, des institutions financières de développement et des entités de micro-finance. Le paysage financier comprend également des compagnies d'assurance, des fonds de pension, des fonds de prévoyance, des fonds d'investissement et des investisseurs de portefeuille offshore.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 61,6 11,6 26,7
Valeur ajoutée (en % du PIB) 8,8 28,8 56,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 17,5 6,4 7,7

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 
Indicateurs monétaires 20192020
Dollar américain - accepté dans le contexte du cadre multi-devises (USD) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 1,1273,22

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
39,5/100
Rang mondial :
174
Rang régional :
46

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

Le gouvernement zimbabwéen est généralement ouvert au commerce extérieur, qui représente 65 % de son PIB, selon les dernières estimations de la Banque mondiale. Dans le cadre de l'intégration économique et régionale, le pays a renforcé ses liens avec les pays membres de la SADC (Communauté de développement de l'Afrique australe) et perçoit des droits de douane moins élevés sur les importations en provenance de ces pays. Toutefois, le contrôle strict du commerce exercé par le gouvernement et les droits de douane relativement élevés rendent le pays difficile d'accès. D'autres obstacles continuent de peser sur le commerce, tels que l'absence de réformes économiques et politiques à long terme, le contrôle de l'État sur les entreprises, l'insécurité et le manque de main-d'œuvre qualifiée. Le pays exporte principalement de l'or (30,3 %), des minerais et concentrés de nickel (16,7 %), des mattes de nickel (15,6 %), du tabac (14,1 %) et des ferro-alliages (5,5 %) ; tandis que les importations sont dominées par les huiles de pétrole (3,4 %), les véhicules à moteur pour le transport de marchandises (3,0 %), les engrais azotés minéraux ou chimiques (2,8 %) et l'énergie électrique (2,4 % - données Comtrade 2022).

Les principaux partenaires du Zimbabwe en matière d'exportation sont l'Afrique du Sud (41,8 % des exportations totales), les Émirats arabes unis (32,3 %), la Chine (8,9 %), la Belgique (3,3 %) et le Mozambique (2,9 %). Les importations proviennent principalement d'Afrique du Sud (40,5 %), de Chine (13,9 %), de Singapour (13,6 %), du Mozambique (3,8 %) et de l'île Maurice (3,7 % - données Comtrade 2022). Le pays était autrefois un grand exportateur agricole, mais il importe aujourd'hui des denrées alimentaires et des produits manufacturés en grande quantité. Cette situation est principalement due à l'expropriation des terres et aux entreprises d'État qui faussent l'économie, ainsi qu'à l'intervention du gouvernement, à une supervision inadéquate et à l'instabilité politique qui minent le système financier. Ce changement économique a considérablement endommagé la balance commerciale du pays, qui est désormais déficitaire.

Selon les données de l'OMC, en 2022, les exportations de biens se sont élevées à 6,5 milliards d'USD (+9,1 % en glissement annuel), tandis que les importations ont atteint 8,6 milliards d'USD (+14,5 %). Sur cette même période, les exportations de services s'élèvent à 447 millions USD, tandis que les importations atteignent 1,3 milliard USD. La balance commerciale du pays pour les biens et les services était négative de 9 % du PIB (contre 5,3 % un an plus tôt - données Banque mondiale). En 2023, la valeur totale des biens exportés par le Zimbabwe a augmenté de près de 10 % pour atteindre 7,2 milliards USD. Plus de 80 % des recettes d'exportation provenaient du secteur minier (ZimStat).

 
Indicateurs du commerce extérieur 20182019202020212022
Importations de biens (millions USD) 6.3914.8175.0027.5348.628
Exportations de biens (millions USD) 4.0574.2694.3966.0356.586
Importations de services (millions USD) 1.0269097709451.322
Exportations de services (millions USD) 501603331240447
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -12,4-2,1-29,054,8n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -2,912,3-39,841,1n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 28,425,528,730,9n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 26,227,225,925,4n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -1.938174212n/an/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -2.464-131-226n/an/a
Commerce extérieur (en % du PIB) 54,652,754,756,3n/a

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2022
Afrique du Sud 41,8%
Emirats Arabes Unis 32,3%
Chine 8,9%
Belgique 3,3%
Mozambique 2,9%
Voir plus de pays 10,9%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2022
Afrique du Sud 40,5%
Chine 13,9%
Singapour 13,6%
Mozambique 3,8%
Ile Maurice 3,7%
Voir plus de pays 24,6%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Principaux produits échangés

6,6 Mds USD de produits exportés en 2022
Or, y.c. l'or platiné, sous formes brutes ou...Or, y.c. l'or platiné, sous formes brutes ou mi-ouvrées, ou en poudre 30,3%
Minerais de nickel et leurs concentrésMinerais de nickel et leurs concentrés 16,7%
Mattes de nickel, sinters d'oxydes de nickel et...Mattes de nickel, sinters d'oxydes de nickel et autres produits intermédiaires de la métallurgie du nickel 15,6%
Tabacs bruts ou non-fabriqués; déchets de tabacTabacs bruts ou non-fabriqués; déchets de tabac 14,1%
Ferro-alliagesFerro-alliages 5,5%
Voir plus de produits 17,9%
8,6 Mds USD de produits importés en 2022
Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ...Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux (autres que les huiles brutes); préparations n.d.a. contenant en poids >= 70% d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux et dont ces huiles constituent l'élément de base; déchets d'huiles contenant principalement des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux 15,5%
Huile de soja et ses fractions, même raffinées,...Huile de soja et ses fractions, même raffinées, mais non chimiquement modifiées 3,4%
Véhicules automobiles pour le transport de...Véhicules automobiles pour le transport de marchandises, y.c. châssis comportant moteur et cabine 3,0%
Engrais minéraux ou chimiques azotés (à l'excl....Engrais minéraux ou chimiques azotés (à l'excl. des produits présentés soit en tablettes ou formes simil., soit en emballages d'un poids brut <= 10 kg) 2,8%
énergie électriqueénergie électrique 2,4%
Voir plus de produits 73,0%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 
 

Principaux services échangés

Source : Département des statistiques des Nations Unies, dernières données disponibles

Return to top

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Emmerson Dambudzo MNANGAGWA (depuis le 4 septembre 2023)
Vice-président : Constantino CHIWENGA (depuis le 4 septembre 2023)
Deuxième vice-président : Kembo MOHADI (depuis le 8 septembre 2023)
Les prochaines élections
Elections générales : 2028
Les principaux partis politiques
Le Zimbabwe dispose d'un système multipartite, bien qu'une poignée de grands partis dominent généralement la vie politique. Les principaux partis politiques du pays sont les suivants

- L'Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique (ZANU-PF) : gauche, parti au pouvoir, nationaliste et populiste, héritier des mouvements de libération qui ont combattu le régime d'apartheid de Ian Smith, dirigé par Emmerson Dambudzo Mnangagwa.
- Citizens Coalition for Change (CCC) : centre-gauche, social-démocratie
- Mouvement pour le changement démocratique - Tsvangirai (MDC-T) : centre-gauche, nationaliste, social-démocratie
- Congrès national du peuple (CNP) : centriste.
La nature de l'Etat
Le Zimbabwe est une république présidentielle.
Le pouvoir exécutif
Le pouvoir exécutif est détenu par le président, chef de l'État et chef du gouvernement, qui est élu pour un mandat de cinq ans. Le président nomme les membres de son cabinet. Le président est élu au suffrage universel direct et est assisté d'un vice-président. La nouvelle constitution, adoptée après les élections présidentielles de 2013, a supprimé le poste de Premier ministre.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est confié à un parlement bicaméral composé d'un Sénat (80 sièges - 60 membres élus au suffrage universel pour un mandat de cinq ans, 18 chefs traditionnels élus par le Conseil des chefs et 2 sièges pour les personnes handicapées) et d'une Assemblée (280 sièges - 210 membres élus au suffrage universel pour un mandat de cinq ans pour représenter des circonscriptions uninominales, 60 sièges réservés aux femmes, qui sont élues à la représentation proportionnelle dans 10 circonscriptions de six sièges, et 10 sièges supplémentaires réservés à des candidats âgés de 21 à 35 ans directement élus à la représentation proportionnelle).
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
130/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Zimbabwe please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

L'agence est le bras armé de la Région en termes de développement économique, d'innovation et de soutien à l'emploi. A ce titre, AD'OCC déploie les dispositifs de financement définis par la Région pour ancrer durablement l'emploi sur le territoire.

Contact Sites Pérols
  • 3840 avenue Georges Frêche 34477 Pérols
  • Tél : 04 99 64 29 29
Contact Site Toulouse
  • 55 Avenue Louis Breguet – La Cité CS 84008 – 31028 Toulouse Cedex 4
  • Tél : 05 61 12 57 12

Réseaux