drapeau Syrie Syrie : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir en Syrie | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Avant d'entrer dans une crise politique en 2011, la Syrie était déterminée à ouvrir progressivement son économie, passant d'une approche fermée et centralisée à un modèle proche de l'économie de marché. En effet, entre 2000 et 2010, le corpus juridique syrien a connu de profonds changements. Des réformes structurelles, telles que la rénovation du code du commerce (2007), du code de la mer (2008), de la loi de finances (2004) et de la loi bancaire de 2004, ont permis d'abandonner progressivement le modèle d'économie planifiée en vigueur depuis des décennies. La loi sur l'investissement a fortement encouragé les investissements étrangers, avec des mesures telles que la légalisation de la pleine propriété des entreprises, l'importation de machines et l'exonération des droits de douane sur le transport et les matières premières. Les investisseurs privés ont bénéficié d'une exonération fiscale de cinq ans (qui a été étendue à sept ans dans le cas d'une coentreprise avec une participation de 25 % du secteur public). La mise en place d'un système bancaire privé et de compagnies d'assurance privées (nationales ou étrangères), l'ouverture du marché local avec la libéralisation des importations (suppression progressive des barrières tarifaires à l'accès au marché et réorganisation de l'administration douanière avec l'aide de l'Union européenne) ont été des résultats tangibles de la modernisation du cadre législatif et fiscal du pays. La Syrie avait également créé un certain nombre de zones industrielles offrant un cadre favorable aux entreprises étrangères désireuses de s'implanter dans le pays.  Cependant, la guerre civile qui déchire le pays depuis 2011 a provoqué une grave crise humanitaire et économique qui a entraîné une chute des investissements. Le pays fait l'objet de sanctions de la part des États-Unis et de l'Union européenne, ce qui limite son potentiel. La loi américaine Caesar Syria Civilian Protection Act, entrée en vigueur en juin 2020, dissuade tout investisseur de participer à la reconstruction de la Syrie. En outre, début 2024, la Chambre des représentants des États-Unis a approuvé l'Assad Regime Anti-Normalization Act, qui renforce encore les sanctions énoncées dans la loi Caesar, prévue pour expirer en 2024, jusqu'en 2032.

Aucune donnée internationale fiable n'a été publiée sur les entrées d'IDE en Syrie depuis 2012. Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2023 de la CNUCED, le stock d'IDE en Syrie s'élevait à 10,7 milliards USD en 2022. Les données recueillies par l'Agence syrienne d'investissement sur le stock d'IDE entre 2008 et 2014 montrent que la Russie était de loin le plus grand investisseur dans le pays (75,8 %), suivie par l'Allemagne avec 19,7 %, tandis que la majorité des investissements étaient dirigés vers les secteurs des télécommunications, de l'intermédiation financière et de l'électricité. En ce qui concerne les entrées d'IDE dans le pays au cours du premier semestre 2016 (dernières données disponibles), le montant total était de 17 milliards SYP (environ 33 millions USD - Agence syrienne d'investissement). Le ministre de l'économie a déclaré que l'Autorité syrienne de l'investissement avait délivré 32 licences d'investissement entre la promulgation de la loi sur l'investissement n° 18 en mai 2021 et juin 2022. Les actifs de ces projets d'investissement s'élèvent à environ 1 357 milliards de pesos syriens. La Syrie n'est pas classée dans l'indice 2023 de la liberté économique.

 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Stocks d'IDE (millions USD) 10.74310.74310.743
Nombre d'investissements greenfield* 000
Value of Greenfield Investments (million USD) 000

Source : UNCTAD, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

Les flux d'IDE par pays et les stocks d'IDE par secteur d'activité

Les pays investisseurs 2014, en %
Russie 75,0
Allemagne 19,0
Palestine 1,0
Turquie 1,0
Les secteurs investis 2014, en %
Télécommunications 25,0
Intermédiation financière 17,0
Distribution d'électricité 11,0
Pétrole et gaz naturel 6,0
Hôtellerie et restauration 5,0

Source : Agence syrienne de promotion des investissements, Dernières données disponibles.

 
Les formes de sociétés préférées par les investisseurs
SNC : société en commandites, société en participation.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir en Syrie

Les points forts
Les principaux points forts du pays sont :
- La haute qualification des travailleurs dans les industries traditionnelles comme le textile et la manufacture de vêtements ;
- La valorisation de nouvelles activités, notamment la formation, le conseil ainsi que le transfert de connaissances ;
- Son engagement en faveur de sa libéralisation économique ;
- Un faible niveau d'endettemment ;
- Un secteur du tourisme en plein développement ;
- La mise en place d'un système plus favorable au commerce : suppression des droits exclusifs des commissionnaires à l'importation, réduction des droits de douanes sur les matières premières, et mise en place d'un système de régulation (HSN) ;
- Des avancées dans le secteur bancaire via l'autorisation de comptes en devises étrangères. 
Les points faibles
Les principales faiblesses du pays sont :
- Une forte pression démographique (36% de la population âgée de moins de 15 ans, 50% de moins de 21 ans et 250.000 nouveaux entrants sur le marché du travail) ;
- Un revenu par habitant qui progresse très lentement : 30% de la population vit toujours avec moins de 2 USD par jour ;
- L’érosion des recettes budgétaires et la dégradation des termes de la balance énergétique ;
- Un fort taux d'inflation, aggravé par une année de sécheresse particulièrement grave ;
- L’absence d’instrument de refinancement des banques syriennes et l’explosion du crédit au secteur privé ;
- Les prix de l'immobilier qui ont quasiment doublé à Damas depuis 2006 ;
- Une évasion fiscale extrêmement difficile à juguler qui fragilise les recettes et les réformes fiscales ;
- Un manque de diversification des investissements, surtout ciblés sur les secteurs de l’immobilier (résidences de haute qualité, complexes hôteliers ou centres commerciaux) ;
Les mesures mises en place par le gouvernement
La Syrie a profondément modifié son socle législatif et juridique pour attirer les investissements étrangers. Le pays a instauré sept zones franches permettant différentes activités de production et services dans les zones industrielles. Le gouvernement a également favorisé le développement de cités industrielles. Il a ainsi créé quatre villes nouvelles accueillant un complexe industriel adossé à une zone résidentielle. Ces centres sont destinés à occuper l’espace entre zones urbaines anciennes et traditionnelles. Le pays a abandonné le premier décret d’investissement n°10 des années 90 au profit du décret n° 8, beaucoup plus favorable aux IDE (propriété du terrain, rapatriement des bénéfices …). Cette loi a donc permis aux investisseurs privés d'accéder au secteur de l'industrie.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par la Syrie
La Syrie a signé de nombreux accords bilatéraux avec les Etats Unis, l'Allemagne, le Pakistan, la Chine, l'Indonésie, la Russie, la Biélorussie, l'Iran, la Libye, la Tunisie et le Liban.
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
La Syrie est signataire de la convention MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Syrie Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 7,0 6,4 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 5,0 4,8 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 3,0 4,7 9,0 5,0

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

Les obligations de déclaration
L'Agence syrienne pour l'investissement permet de s'informer sur les autorisations nécessaires à l'implantation dans le pays.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Ministère syrien de l'Economie.
Demande d'autorisation spécifique
Le transport aérien et ferroviaire, la téléphonie fixe, les raffineries de pétrole, les eaux minérales, la commercialisation des céréales figurent parmi les rares secteurs restant exclusivement aux mains du secteur public.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
L'Union Européenne et la Syrie ont initialisé un accord en 2004 sous l'égide du programme Euromed. Cet accord devrait créer une zone de libre échange pendant 12 ans entre l'Union Européenne et la Syrie, et fournir un cadre légal pour une aide européenne visant à améliorer le paysage politique, économique et le développement financier du pays, particulièrement dans les domaines de la science, de la technologie, de la protection environnementale, de l'exploration des ressources, de la production et des infrastructures.
 

Consultez French Desk pour trouver les banques et les sociétés d'assurances prêtes à vous accompagner en Syrie.

 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Le pétrole, l'industrie, la banque et l'immobilier.
Les secteurs à fort potentiel
La Syrie reste très dépendante d'un petit nombre de secteurs: le pétrole, l'agriculture et le textile.
Les programmes de privatisation
Le gouvernement se charge de favoriser les investissements étrangers là où il le juge nécessaire.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Info, Appels d'offres en Syrie
DgMarket, Appels d'offres dans le monde

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
Les restrictions gouvernementales concernant les investissements étrangers sont faibles et limitées aux secteurs du gaz, du pétrole, de la production et distribution d'électricité, du transport aérien, des opérations portuaires, de la mise en bouteille des eaux et des services de téléphonie.

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
L'Agence de promotion des investissements de Syrie.
Les autres ressources utiles
Syrian Enterprise and Business Centre
Les guides de l'investisseur
Embargos et sanctions contre la Syrie pour les entreprises au Royaume-Uni
Embargos et sanctions contre la Syrie pour les entreprises aux États-Unis
 
 
 

Consultez French Desk pour trouver les agences de développement économique prêtes à vous accompagner en Syrie.

 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024

L'agence est le bras armé de la Région en termes de développement économique, d'innovation et de soutien à l'emploi. A ce titre, AD'OCC déploie les dispositifs de financement définis par la Région pour ancrer durablement l'emploi sur le territoire.

Contact Sites Pérols
  • 3840 avenue Georges Frêche 34477 Pérols
  • Tél : 04 99 64 29 29
Contact Site Toulouse
  • 55 Avenue Louis Breguet – La Cité CS 84008 – 31028 Toulouse Cedex 4
  • Tél : 05 61 12 57 12

Réseaux