Accueil Contexte politico-économique

drapeau Syrie Syrie : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

La Syrie est en proie à une guerre dévastatrice depuis 2011. Selon une étude publiée par la Banque mondiale, le conflit aurait provoqué une contraction du PIB de -12% en moyenne entre 2011 et 2018, et la crise humanitaire a causé la perte de 400 000 à 470 000 personnes. L'économie syrienne, qui atteignait 60,5 milliards de USD en 2010, se situe désormais entre 24,5 et 28,5 milliards de USD. Cependant, il est extrêmement difficile d'évaluer la santé financière du pays car le PIB en temps de guerre peut être très instable en raison de l'aide étrangère et de la destruction continue. Le retour de plusieurs provinces sous le contrôle du régime de Bashar Al-Assad devait rétablir une certaine stabilité nécessaire au démarrage de la reconstruction et de la reprise économique. Cependant, la crise libanaise, les nouvelles sanctions imposées par les États-Unis et l'éclosion du COVID-19 ont encore aggravé la situation en 2020. Les perspectives pour 2021 ne sont pas meilleures. Le PIB réel devrait encore se contracter en 2021, sous l'effet de la baisse de la consommation privée (The Economist Intelligence Unit).
 
Avec l'aide de ses alliés russes et iraniens, Bachar Al-Assad a repris le contrôle de la majeure partie du territoire syrien et s'est fait vainqueur d'une guerre essentiellement terminée. Mais le pays est en ruine, la destruction du capital physique du pays étant estimée à environ 120 milliards de USD, et la perte de PIB est estimée à près de 325 milliards de USD (UNESCWA). La reconstruction tant attendue ne se concrétise pas. Les entreprises font face à des pénuries d'énergie et d'eau et sont régulièrement secouées par le manque de liquidités. Les sanctions internationales ont automatiquement gelé les échanges avec l'extérieur et les pays partenaires voisins (Iran, Liban) sont confrontés à des difficultés économiques et financières. Impactée par la crise libanaise depuis 2019, le durcissement des sanctions américaines en vertu du Caesar Act et la pandémie de COVID-19, l'économie syrienne s'est encore détériorée depuis 2020. La livre syrienne qui s'est effondrée depuis 2019, et a atteint de nouveaux niveaux historiquement bas en mars 2021, s'échangeant autour de 4 000 livres pour 1 USD (contre 500 livres pour 1 USD début 2019 et moins de 50 livres pour 1 USD avant le début du conflit). Le nord de la Syrie a souffert de l'effondrement de la valeur de la livre turque, qui est la monnaie principale adoptée dans la région d'Idlib. Avec la flambée de l'inflation, la nourriture et le carburant sont devenus inabordables. De plus, alors que l'eau de l'Euphrate est tombée à son plus bas niveau, le nord-est de la Syrie connaît une crise de l'eau et une sécheresse depuis l'été 2021. Dans ce contexte, la reprise économique semble difficile, d'autant plus que les puissances occidentales vont participer à l'effort de reconstruction qu'en échange d'une transition politique. Reflétant la profondeur de la crise, le budget 2022 est le plus petit depuis 2011 (5,3 milliards de USD) et le déficit budgétaire est projeté à 1,6 milliard de USD (Alarabiya).
 
Sur le plan humanitaire, la situation est catastrophique. Environ 6,2 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays et 5,6 millions sont officiellement enregistrées comme réfugiés (Banque mondiale). La situation sociale du pays était déjà grave avant la crise: un tiers de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté, le chômage touchait 20% de la population (75% des chômeurs étaient âgés de 15 à 24 ans) et le taux de croissance démographique était très élevé (3,3% par an). Depuis le début de la guerre, la situation n'a fait qu'empirer. La classe moyenne a disparu. Selon les estimations de l'ONU, plus de 80% de la population vit actuellement sous le seuil de pauvreté et la moitié de la population est au chômage (CIA Factbook). La Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (CESAO) a estimé le coût total de la reconstruction syrienne à 388 milliards de dollars, mais pourrait atteindre 600 milliards de dollars sur la base d'autres estimations. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) estime qu'entre mars 2011 et mars 2019, le conflit a fait 570 000 morts. En 2020, les sanctions américaines et l'épidémie de COVID-19 ont aggravé la situation, l'insécurité alimentaire augmentant considérablement.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 0,00e0,00e0,000,000,00
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 0,0e0,0e0,00,00,0
PIB par habitant (USD) 0e0e000
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 0,0e0,0e0,00,00,0
Taux d'inflation (%) 0,0e0,0e0,00,00,0
Taux de chômage (% de la population active) 0,0e0,0e0,00,00,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,00e0,00e0,000,000,00
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 0,0e0,0e0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database, October 2021

Note: (e) Estimated Data

 

Les principaux secteurs économiques

La longue guerre civile en Syrie a provoqué le quasi-effondrement de la production économique. Une grande partie des infrastructures a été détruite et les sanctions économiques limitent l'accès au financement. La crise libanaise, les sanctions plus sévères introduites par la loi César et l'épidémie de COVID-19 ont eu un impact supplémentaire sur tous les secteurs économiques.

Avant la guerre et la série de sanctions auxquelles le pays est confronté depuis 2011, la Syrie exportait principalement des matières premières (pétrole brut, coton, céréales et phosphates). L'agriculture représentait près de 20 % de son PIB (CIA, 2017 est.) et emploierait 10 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, 2020 est.) ; L'agriculture a toujours été un secteur fragile puisqu'elle dépend directement des conditions climatiques et notamment de la rareté de l'eau, un facteur régional clé. En 2021, la diminution de la superficie des terres irriguées, les faibles précipitations et les pénuries de carburant ont nui aux cultures de blé. L'eau de l'Euphrate est tombée à son niveau le plus bas, plongeant la Syrie dans une crise de l'eau et une sécheresse (Enab Baladi). Les épices, l'huile d'olive et les olives, le coton, le blé et l'orge figurent parmi les principales cultures et exportations.

L'industrie occupait une place relativement importante, du fait des industries textile, chimique et pétrolière, cette dernière représentant 14 % du PIB syrien avant la guerre. L'industrie, dans son ensemble, représente 18,5 % de l'économie et emploie environ 23 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale). Le secteur des hydrocarbures est essentiel à l'économie syrienne et contribue jusqu'à 65% des exportations du pays. La production de pétrole a maintenant été réduite.

Le secteur tertiaire, principalement le secteur du tourisme, était bien implanté avant la guerre civile et représente actuellement 42,1% du PIB (Banque mondiale). Malgré la guerre, un certain nombre de banques étrangères sont toujours en activité. On estime que le secteur des services emploie 67 % de la population active (Banque mondiale).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 10,1 23,2 66,7
Valeur ajoutée (en % du PIB) 19,5 35,9 n/a
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 7,8 -2,6 n/a

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
N/A/100
Rang mondial :
N/A
Rang régional :
N/A

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère de l'Economie
Ministère des Finances (en arabe)
L'office de statistique
Bureau central des statistiques
La banque centrale
Banque Centrale de Syrie
Les places boursières
Damascus Securities Exchange
Les autres ressources utiles
Nations Online
Syria Report
Les principaux journaux on-line
Syrian Arab News Agency
The Syria Times
The Syrian Observer
Les portails économiques
Bibliothèque du Congrès
Dmoz
Araboo

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Bashar al-ASAD (depuis juillet 2000, réélu en mai 2011) - parti Baas.
Vice Président : Najah al-Attar (depuis mars 2006).
Premier Ministre : Hussein Arnous (depuis le 30 août 2020)
Les prochaines élections
Présidentielles : 2028

Législatives: 2024

Le contexte politique actuel
La Syrie connaît une guerre dévastatrice depuis 2011, dans laquelle des pays ou groupes voisins et des grandes puissances, dont la Turquie, l'Iran, les États-Unis et la Russie, et leurs alliés sont impliqués. Soutenu par la Russie et l'Iran, mais toujours sous sanctions des Etats-Unis et des pays européens, le régime de Bachar al-Assad s'est emparé d'une grande partie du pays, mais les affrontements se poursuivent. La Russie, l'Iran et le Hezbollah fournissent le soutien militaire et logistique nécessaire au maintien du régime de Damas.

En octobre 2019, l'ancien président américain Donald Trump a ordonné le retrait des troupes américaines du nord-est de la Syrie, laissant place à une offensive turque dans une région dominée par les Kurdes. Critiquée et sanctionnée par l'UE et les États-Unis, cette offensive accusée d'être un nettoyage ethnique aurait fait des centaines de morts parmi les civils et déplacé plus de 175 000 personnes. Selon l'ONU, près de 300 000 Syriens ont été déplacés du sud d'Idlib au cours des deux dernières semaines de décembre 2019, et la situation s'est ensuite aggravée, alors que les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés russes intensifiaient les bombardements. En mars 2020, un nouveau cessez-le-feu a été conclu entre la Russie et la Turquie. Cependant, comme les précédentes, elle est restée fragile, comme le montrent les frappes aériennes russes d'octobre 2020 et la persistance de la violence en 2021. Les médias internationaux continuent de rapporter que la Turquie pourrait préparer une incursion à grande échelle dans la zone (Conseil de sécurité Reportage).

Lors des élections présidentielles de mai 2021, Bachar al-Assad a remporté 95,2 % du total des voix, obtenant un quatrième mandat présidentiel de sept ans. L'amélioration des relations diplomatiques et économiques avec les pays voisins, notamment la Jordanie et les Émirats arabes unis, amènent certains analystes à penser que le processus de normalisation pourrait amener Damas à montrer moins d'engagement sur la voie politique (Rapport du Conseil de sécurité). Le pays se trouve dans une situation désastreuse, exacerbée par le paquet de sanctions United States Caesar Act (du nom de code d'un photographe militaire qui s'est échappé de Syrie avec plus de 50 000 images de torture et de mort prises à l'intérieur des prisons du régime), qui est entré en vigueur en 2020. Les pourparlers d'Astana et de Genève n'ont abouti à aucun résultat concret. Outre le régime de Bachar al-Assad, les sanctions américaines visent également l'Iran, principal allié de la Syrie aux côtés de la Russie. En effet, la Syrie est le théâtre d'affrontements entre Israël et les États-Unis d'une part, et l'Iran et le Hezbollah libanais d'autre part. En 2021, la Syrie a continué d'être la cible de frappes aériennes d'Israël, de l'Iran et de la Russie. Si l'organisation État islamique est officiellement vaincue depuis 2019, le mouvement se reconstitue dans les déserts du centre de la Syrie, tuant les forces gouvernementales dans des attaques éclair, tandis qu'une insurrection clandestine se poursuit dans le sud de la Syrie.
Les principaux partis politiques
La principale coalition politique au pouvoir en Syrie, le Front National Progressiste (FNP), réunit des partis soutenant la politique nationaliste et socialiste du Président Al-Assad.
Elle regroupe :
- Parti "Baas", ou Parti Socialiste de la Renaissance Arabe : parti du Président Assad, au pouvoir depuis 1949
- Parti des Socialistes Unionistes
- Le parti Communiste de Syrie
- Les Unionistes Sociaux-Démocrates
- Parti Nationaliste Social Syrien
Des amendements à la Constitution en Février 2012 permettent en théorie l'existence d'un système multipartiste, retirant la clause imposant le Parti Baas à la tête de l'état et de la société. Malgré cela, les élections de mai 2012, s'étant déroulées en pleine rébellion contre le gouvernement, elles furent très largement boycottées par les principaux partis d'opposition. Ces derniers ont longtemps survécu dans la clandestinité ou l'exil, à l'image des partis islamistes ou kurdes, que la Constitution interdit au nom de leur caractère religieux ou sectaire.
Le principal parti d'opposition est le Conseil National Syrien (CNS) : s'oppose au Président Al-Assad et cherche à établir un État
La nature de l'Etat
La Syrie est une république présidentielle basée sur un régime autoritaire.
Le pouvoir exécutif
Le Président est le chef de l'Etat. Il est élu par un référendum populaire pour sept ans. Le président est le commandant en chef de l'armée et il détient le pouvoir exécutif. Il peut déclarer une guerre, émettre des lois, amender la constitution et nommer le personnel civil et militaire. Il nomme aussi le Premier ministre (chef du gouvernement) et son Conseil des Ministres, pour aussi longtemps qu'il le souhaite.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif en Syrie est monocaméral. Le parlement s'appelle le Conseil du Peuple (Majlis al-Shaab). Il compte 250 sièges et ses membres sont élus au suffrage universel pour quatre ans. La Syrie est en état d'urgence depuis 1963 ce qui donne au Président des pouvoirs spéciaux.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
173/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7
Libertés individuelles :
7/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19

To find out about the latest status of the COVID-19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID-19 disease in Syria, please consult the database of Worldometers. Updates on the situation can also be found on the website of the Syrian Arab News Agency (SANA).
For the international outlook you can consult the latest
situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.

 

 

Mesures sanitaires
To find out about the latest public health situation in Syria and the current sanitary measures in vigour, please consult the weekly reports produced by OCHA Syria in Damascus in collaboration with WHO Syria. The Arabic version of the website of the Syrian Ministry of Health provides updates on the COVID-19 epidemic in the country.
Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.
The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export

The Syrian Ministry of Economy decided to prohibit exports of several food commodities, sterilization and cleaning materials.
For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Syria on the
International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.

Plan de relance économique

The Central Bank of Syria (CBS) allowed banks to postpone the repayment of loans for three months while waiving the late payment fees. To know about the economic measures taken by the national government to address the impact of the COVID-19 pandemic on the national economy, please consult the website of the Syrian Arab News Agency.

Plan de soutien aux entreprises
The collection of taxes from restaurants and hotels has been suspended. For the information on the local business support scheme and taxation measures established by the Syrian government to help businesses to deal with the economic impacts of the COVID-19 epidemic on their activity, please consult the website of the Syrian Arab News Agency.
For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the OECD's
SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.
Plan de soutien aux exportateurs
The Economic Commission of Syria’s Council of Ministers issued a decision to facilitate import processes exempting importers of all goods from the import deposit requirement of 25% of traders import license.
During a meeting in the General Directorate of Customs on 19 March, the Syrian Finance Ministry requested an easing of customs procedures for importers, accelerating the customs clearance process especially for goods such as medicines, drugs, and medical supplies.
 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022

L'agence est le bras armé de la Région en termes de développement économique, d'innovation et de soutien à l'emploi. A ce titre, AD'OCC déploie les dispositifs de financement définis par la Région pour ancrer durablement l'emploi sur le territoire.

Contact Sites Pérols
  • 3840 avenue Georges Frêche 34477 Pérols
  • Tél : 04 99 64 29 29
Contact Site Toulouse
  • 55 Avenue Louis Breguet – La Cité CS 84008 – 31028 Toulouse Cedex 4
  • Tél : 05 61 12 57 12

Réseaux