Accueil Le contexte économique

drapeau Palestine Palestine : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Les territoires sous administration de l’Autorité palestinienne subissent les effets néfastes du conflit régional et de la crise économique mondiale. Malgré une croissance solide en Cisjordanie, la forte baisse de l'activité à Gaza a pesé sur l'économie nationale, qui a augmenté de 0,9% en 2019. L'activité devrait reculer pour la quatrième fois consécutive ici dans la bande de Gaza en 2020, creusant l'écart avec la Cisjordanie. La situation économique a été aggravée par la pandémie de Covid-19. Selon Coface, la croissance du PIB a été estimée à -12% en 2020 et est prévue à 8,2% en 2021.
Suite à la pandémie de Covid-19, les prix ont chuté de 2% en juin 2020 d'une année sur l'autre, en raison de la baisse de la demande et de l'effet déflationniste de l'appréciation du shekel sur les prix des biens importés. L'inflation a enregistré un taux négatif de -1,2% en 2020, mais devrait augmenter légèrement à 0,2% en 2021. La contraction économique est le résultat d'une baisse de la consommation et de l'investissement publics en raison de la crise budgétaire à laquelle sont confrontées les autorités palestiniennes en raison de un manque de liquidités, notamment après qu'Israël a suspendu le paiement des recettes douanières des exportations palestiniennes en mai 2020. Le Groupe de la Banque islamique de développement (BID) a fourni 35,7 millions de dollars à la Palestine en juillet 2020 pour financer sa réponse au COVID-19. La reprise économique en 2021 dépend à la fois de la fin des mesures de blocus et de la capacité des autorités à parvenir à un accord avec Israël sur les droits de douane.
Selon la Banque mondiale, le solde budgétaire s'établit à -6,3% du PIB en 2020, mais devrait baisser à 0,3% en 2021. La dette publique est estimée à 44,2% du PIB en 2020, principalement en raison des mesures économiques consécutives au Covid -19 pandémie. Il devrait diminuer légèrement pour s'établir à 42,1% en 2021. Les envois de fonds des Palestiniens vivant à l'étranger représentent généralement environ 7% du PIB, bien que cela puisse fluctuer en fonction de la situation économique internationale. Le déficit du compte courant était de -11,1% en 2020 et devrait s'aggraver à -13,7% en 2021.

La situation humanitaire s'est aggravée, en particulier à Gaza, où près de 80% des habitants dépendent d'une forme d'aide. Dans le même temps, la Banque mondiale estime qu'un quart des Palestiniens vivent en dessous du seuil de pauvreté (46% à Gaza et 9% en Cisjordanie). Le chômage, qui n'a cessé d'augmenter ces dernières années, touche de manière disproportionnée les habitants de Gaza. En raison de la pandémie de Covid-19 et de la baisse de la production, le taux de chômage a encore augmenté par rapport à un niveau déjà élevé (25% de la population en 2019), en particulier chez les jeunes (42%), ce qui a affecté la consommation (Coface). Selon les dernières données de la Banque mondiale, le taux de pauvreté devrait se stabiliser autour de 27,5% en 2021.

 

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Nouveau Shekel (ILS) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 4,094,024,251,121,14

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Palestine" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

La population active en chiffres

201820192020
Population active 1.214.0111.275.9691.266.283

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité des hommes 72,93%71,96%72,81%
Taux d'activité des femmes 18,35%18,34%19,15%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
132/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
The Economist - Palestine
Informations de la Palestine
Profil pays de la BBC, Israël et les territoires palestiniens
Les ressources utiles
Ministère des finances (Autorité Palestinienne) - Arabe
Ministère de l'économie
Autorité monétaire palestinienne
 
 

Retour vers le haut

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022