Accueil Contexte politico-économique

drapeau Oman Oman : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Le Sultanat d'Oman a connu un développement économique extraordinaire depuis 2004, principalement grâce à l'exploitation de ses réserves pétrolières. Malgré les tentatives rapides des autorités omanaises pour contenir la propagation de la pandémie de Covid-19, les mesures de distanciation sociale ont fait des ravages sur l'économie, qui s'est contractée d'environ 2,8 % en 2020, selon les dernières estimations du FMI. Néanmoins, cela était bien inférieur à une projection antérieure de 10 %, car la production de pétrole a chuté à un rythme plus lent que prévu initialement. Le PIB d'Oman était de nouveau en territoire positif en 2021 (+2,5%) et devrait maintenant se redresser pleinement à 2,9% en 2022 et 4,2% en 2023, principalement soutenu par l'industrie pétrolière.

Oman a une situation économique et financière relativement saine. Néanmoins, la dette publique a augmenté pour atteindre environ 81,2 % du PIB en 2020, contre 60,5 % en 2019 dans un contexte de dépenses sociales et de santé plus élevées, puis 68,2 % du PIB en 2021. La dette publique devrait diminuer à 61,7 % en 2022 et 58,4 % en 2023. La baisse des prix mondiaux du pétrole, associée à des recettes budgétaires plus faibles, a ramené le déficit du compte courant à 13,7 % du PIB en 2020, mais les autorités omanaises avaient pour objectif de réduire de moitié le déficit en 2021 grâce à des mesures d'assainissement budgétaire : il est revenu à 5,8 % en 2021. La taxe sur la valeur ajoutée devrait être introduite en avril 2021, parallèlement à un élargissement de l'assiette des droits d'accise. L'inflation, qui était de 3 % en 2021 et devrait atteindre 2,7 % en 2022 et 2,6 % en 2023. Les indicateurs de solidité financière d'Oman étaient sains, selon les estimations du FMI, le ratio de couverture des liquidités des banques se situant autour de 200 % fin 2021 , considérablement plus élevé que les niveaux légalement mandatés. Dans le but d'améliorer la gestion des revenus pétroliers et gaziers, le gouvernement a créé une nouvelle société holding appelée Energy Development of Oman (EDO). Parallèlement, afin de diminuer sa dépendance aux matières premières, Oman a mis en place des réformes pour libéraliser et diversifier son économie dans le cadre de son « Plan Vision 2040 » (suite du Plan Vision 2020), qui vise à accroître les investissements dans le secteurs du tourisme, des services financiers et de l'activité portuaire. Ces réformes portent lentement leurs fruits, comme le confirme le fait que l'économie non pétrolière et gazière représente désormais plus des deux tiers du PIB.

Selon la Banque mondiale, le taux de chômage a atteint 3,2 % en 2021, l'un des plus élevés depuis près de 30 ans. Dans le même temps, environ la moitié des jeunes d'Oman sont au chômage. Par ailleurs, près de deux millions d'emplois sont occupés par des travailleurs migrants (Centre national des statistiques). Le gouvernement a lancé des initiatives pour lutter contre la forte proportion de travailleurs expatriés, y compris l'interdiction des visas de travailleurs étrangers, afin de promouvoir l'emploi des citoyens omanais. La volatilité des prix du pétrole et un ajustement budgétaire insuffisant pourraient aggraver les déficits jumeaux et augmenter les besoins bruts de financement. L'assainissement budgétaire pourrait également engendrer des tensions sociales, sapant ainsi la dynamique de réforme. À la hausse, une nouvelle hausse des prix du pétrole accompagnée d'une mise en œuvre réussie des réformes améliorerait les perspectives (Banque mondiale, 2022).

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 76,3363,37e80,6185,7286,82
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -0,8-2,82,52,94,2
PIB par habitant (USD) 16.529e14.255e17.63318.22717.889
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 60,581,2e68,261,758,4
Taux d'inflation (%) 0,1-0,93,02,72,6
Balance des transactions courantes (milliards USD) -4,16-8,66-4,64-0,81-0,38
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -5,5-13,7e-5,8-0,9-0,4

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note : (e) Donnée estimée

Les principaux secteurs économiques

Oman emploie 2,67 millions de personnes sur 5,1 millions d'habitants, dont environ 40 % sont des expatriés. La part des travailleurs expatriés a diminué ces dernières années alors qu'Oman a mis en place une interdiction de visa pour stimuler l'embauche de citoyens omanais. Avant la découverte des gisements de pétrole, Oman était pratiquement une économie de subsistance entièrement basée sur l'agriculture et la pêche. Aujourd'hui, cette dernière ne contribue que marginalement au PIB (3%) et emploie 4% de la population active (Banque mondiale, 2022). La production agricole est principalement composée de dattes, de citrons verts, de bananes et, faute de terres fertiles, le pays doit importer des marchés internationaux.

Le secteur industriel représente 43,6 % du PIB et emploie 32 % de la population active (Banque mondiale). Sa part a considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies (l'emploi dans les industries n'était que de 11 % en 2000) car Oman utilise de plus en plus des techniques améliorées de récupération du pétrole et soutient l'exploitation minière et manufacturière. On estime que le secteur manufacturier contribue à lui seul à 10 % du PIB (Banque mondiale). Cependant, le pays est fortement dépendant des ressources pétrolières et gazières, qui génèrent entre 68% et 85% des recettes publiques en moyenne, en fonction des fluctuations des prix des matières premières.

Le secteur des services représente 53,4 % du PIB et 64 % de la population active (contre 82,4 % en 2000). Les activités liées au pétrole représentent une part importante du secteur des services ; cependant, les activités logistiques (transport maritime notamment) et financières sont en croissance constante. Le tourisme est l'un des secteurs en cours de développement pour que le Sultanat construise un avenir non pétrolier durable, et le nombre de touristes a plus que doublé au cours de la dernière décennie (3,5 millions en 2019, selon le Centre national de la statistique et de l'information ).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 4,0 32,0 64,0
Valeur ajoutée (en % du PIB) 2,4 53,7 48,1
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 1,9 1,3 -1,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Rial d'Oman (OMR) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 0,410,430,450,450,44

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Oman" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
64,6/100
Rang mondial :
71
Rang régional :
7

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

L'économie d'Oman est très ouverte et le commerce représentait plus de 107 % du PIB du pays en 2019 (Banque mondiale, 2022). Le Sultanat exporte principalement des hydrocarbures et des produits pétrochimiques et s'efforce depuis quelques années de diversifier son économie, avec une part croissante des produits industriels dans les exportations totales. L'économie d'Oman est fortement dépendante des exportations de pétrole (62 % des exportations totales) et de gaz naturel liquéfié (8 %). Les autres exportations comprennent les produits chimiques, les plastiques et les produits en caoutchouc. La demande du pays en biens de consommation et en équipement a augmenté ces dernières années. Les principales importations sont dirigées par les huiles de pétrole, les véhicules, l'électronique et le fer.

La Chine est de loin le plus grand destinataire des exportations omanaises, représentant plus de 30 % du total, suivie de la Corée du Sud (11 %), des Émirats arabes unis (10,7 %) et du Japon (10,5 %). D'autres incluent : l'Inde, les États-Unis et la Thaïlande. Les principaux fournisseurs du Sultanat sont les Émirats arabes unis (36,3%), la Chine, le Japon, l'Inde, le Qatar et les États-Unis (Comtrade 2021).

Selon les données de l'OMC, en 2020, Oman a exporté des marchandises pour une valeur totale de 31,6 milliards USD, en baisse de plus de 7 milliards USD, tandis que les importations de marchandises se sont élevées à 20,6 milliards USD, contre 23,5 milliards USD un an plus tôt. Le pays est importateur net de services et sa balance commerciale est structurellement positive mais il est très sensible aux fluctuations des prix des hydrocarbures. Le pays possède de nombreux atouts qui facilitent le développement des échanges, comme ses infrastructures portuaires de qualité. Cependant, la lenteur des procédures et la rigidité de la législation du travail restent des obstacles importants au commerce. Les droits de douane sont relativement bas et il n'y a pas beaucoup de barrières commerciales dans le pays. La plupart des marchandises produites dans les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont en franchise de droits si elles sont accompagnées d'un certificat d'origine. Cependant, les boissons alcoolisées, le tabac et les produits à base de porc importés sont soumis aux droits de douane les plus élevés (100%). Le gouvernement espère ratifier des accords de libre-échange avec l'Union européenne, la Chine et le Japon, similaires à celui signé avec les États-Unis en septembre 2006.

 
Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 22.70026.43525.77023.50720.960
Exportations de biens (millions USD) 25.30232.90441.76138.72431.685
Importations de services (millions USD) n/a10.81111.72912.0935.539
Exportations de services (millions USD) n/a4.0104.5915.0011.830
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -10,215,9-3,4-6,1n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 1,0-1,34,61,6n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 39,541,838,437,7n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 39,344,652,152,3n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) 6.2588.76418.08518.229n/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -1622.00310.94711.137n/a
Commerce extérieur (en % du PIB) 78,886,490,590,0n/a

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2018
Emirats Arabes Unis 6,9%
Qatar 4,3%
Arabie saoudite 4,0%
Inde 2,6%
Chine 1,9%
Voir plus de pays 80,3%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2018
Emirats Arabes Unis 45,9%
Chine 5,9%
Inde 4,4%
Qatar 3,5%
Arabie saoudite 3,2%
Voir plus de pays 37,1%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Principaux produits échangés

41,8 Mds USD de produits exportés en 2018
Huiles brutes de pétrole ou de minéraux bitumineuxHuiles brutes de pétrole ou de minéraux bitumineux 48,1%
Gaz de pétrole et autres hydrocarbures gazeuxGaz de pétrole et autres hydrocarbures gazeux 10,8%
Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ...Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux (autres que les huiles brutes); préparations n.d.a. contenant en poids >= 70% d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux et dont ces huiles constituent l'élément de base; déchets d'huiles contenant principalement des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux 10,4%
Hydrocarbures cycliquesHydrocarbures cycliques 1,8%
Engrais minéraux ou chimiques azotés (à l'excl....Engrais minéraux ou chimiques azotés (à l'excl. des produits présentés soit en tablettes ou formes simil., soit en emballages d'un poids brut <= 10 kg) 1,7%
Voir plus de produits 27,1%
25,8 Mds USD de produits importés en 2018
Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ...Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux (autres que les huiles brutes); préparations n.d.a. contenant en poids >= 70% d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux et dont ces huiles constituent l'élément de base; déchets d'huiles contenant principalement des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux 5,0%
Voitures de tourisme et autres véhicules...Voitures de tourisme et autres véhicules automobiles principalement conçus pour le transport de personnes (autres que les véhicules pour le transport de dix personnes ou plus, chauffeur compris, du n° 8702); voitures du type 'break' et voitures de course 4,8%
Appareils électriques pour la téléphonie ou la tél...Appareils électriques pour la téléphonie ou la télégraphie par fil, y.c. les postes téléphoniques d'usagers par fil à combinés sans fil et les appareils pour la télécommunication par courant porteur ou pour la télécommunication numérique; visiophones; leurs parties 2,7%
Demi-produits en fer ou en aciers non alliésDemi-produits en fer ou en aciers non alliés 2,2%
Minerais de fer et leurs concentrés, y.c. les...Minerais de fer et leurs concentrés, y.c. les pyrites de fer grillées [cendres de pyrites] 2,1%
Voir plus de produits 83,2%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 
 

Principaux services échangés

Source : Département des statistiques des Nations Unies, dernières données disponibles

Return to top

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Sultan : Haithman bin Tariq al Said (depuis le11 janvier 2020)
Président du Conseil consultative : Khalid Al Mawali (depuis le 28 octobre 2011)
Les prochaines élections
Assemblée consultative : octobre 2023
Les principaux partis politiques
Oman n’autorise pas les partis politiques. La seule organisation politique, le Front Populaire pour la Libération d’Oman a été dissoute en 1992 et reste en sommeil jusqu’à aujourd’hui.
La nature de l'Etat
Royaume Monarchique.
Le pouvoir exécutif
Oman est une monarchie absolue et le Sultan est à la fois le chef de l’Etat et le chef du gouvernement. Le Sultan, de droit héréditaire, nomme un conseil des ministres pour l’assister et il fait office de commandant suprême des armées, de premier ministre, de ministre de la défense, de ministre des affaires étrangères et de ministre des finances. Le Sultan ne désigne pas son successeur de son vivant. Ainsi, la famille au pouvoir désigne le successeur du Sultan après la mort de ce dernier.
Le pouvoir législatif
L’organe législatif est bicaméral ; cependant, il ne dispose pas des pleins pouvoirs concernant le processus d’élaboration des lois. Le Conseil des ministres (nommé par le Sultan) doit soumettre les projets de loi à la chambre basse du Parlement d’Oman, l’Assemblée consultative (élue au suffrage universel). Le projet de loi est ensuite sujet à l’approbation de la chambre haute, le Conseil d’Etat (entièrement nommé par le Sultan). Les projets de loi doivent avoir été signés et approuvés par le Sultan pour devenir des lois.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
133/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19
To find out about the latest status of the COVID-19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID-19 disease in Oman, you can check the latest statements and updates from the Ministry of Health. 
For the international outlook you can consult the latest situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.
Mesures sanitaires
To discover the latest public health situation in Oman and the current sanitary measures in vigour, please consult the Ministry of Health website.
Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.

The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export
For the information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports, if applicable), please consult the website of the Omani Customs Authority.
For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Oman on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
Most of the economic measures taken by the Oman government to address the impact of the COVID-19 pandemic on the national economy are addressed here and in the  World Bank´s Country Economic Update.
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Oman government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Oman in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
The country's government official sources do not provide yet information with regards to specific schemes in support of business or exporting companies following the coronavirus epidemic outbreak. However, the government has introduced a number of relief initiatives to relax statutory and regulatory compliance for businesses.  For the updated information please visit the website of the Omani Ministry of Economy.
For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.
Plan de soutien aux exportateurs
The country's government official sources do not provide yet information with regards to specific schemes in support of business or exporting companies following the coronavirus epidemic outbreak. 
For the updated information please visit the website of the Omani Ministry of Economy.
 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2022