drapeau Maroc Maroc : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir au Maroc | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2021 de la CNUCED, les flux d'IDE vers le Maroc sont restés pratiquement inchangés à 1,8 milliard de USD en 2020. Le stock d'IDE a atteint 72 milliards de USD en 2020. Le profil d'IDE du Maroc est assez diversifié, avec une présence consolidée de certaines grandes multinationales dans le secteur manufacturier telles que l'automobile, l'aérospatiale et le textile. L'engagement à long terme de ces entreprises dans le pays, ainsi que des entrées régulières dans l'extraction de phosphate - le Maroc détenant les plus grandes réserves - ont atténué la baisse des entrées d'investissements transfrontaliers malgré la crise mondiale due à la pandémie de Covid-19. Selon les données de l'Office marocain des changes, la France, l'Espagne, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et le Luxembourg détiennent la majorité des stocks d'IDE. Le secteur des assurances s'est taillé la part du lion des IDE ces dernières années, principalement en raison de l'acquisition de la compagnie d'assurance marocaine Saham par le sud-africain Sanlam via son fonds d'actifs basé en Irlande pour 1 milliard de USD. Néanmoins, l'agriculture détient la part la plus élevée des stocks d'IDE, suivie par les activités financières et d'assurance, les mines et carrières, les TIC et le commerce de gros et de détail. Selon les derniers chiffres de l'Office marocain des changes, sur les onze premiers mois de 2021, les flux d'IDE vers le Maroc ont augmenté de 13,9% par rapport à la même période un an plus tôt (à 17 milliards de MAD), alors que les investissements marocains à l'étranger ont atteint 16,1 milliards de MAD, le plus haut niveau des cinq dernières années.
Après les résultats positifs du Plan d'Accélération Industrielle 2014-2020, un vaste projet de modernisation économique pour attirer davantage d'IDE, le gouvernement a lancé une deuxième phase pour 2021-2025 axée principalement sur la consolidation des acquis réalisés dans le cadre de la première phase du plan (qui, entre autres résultats, a créé 54 filières industrielles en partenariat avec 32 associations professionnelles et universitaires de divers secteurs) et leur généralisation à toutes les régions, en intégrant les petites et moyennes entreprises et en plaçant l'industrie au cœur des transformations technologiques. Parmi les raisons d'investir au Maroc, il y a le coût relativement faible de la main-d'œuvre, sa situation stratégique, entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne, de bonnes infrastructures et la stabilité de la monnaie et du cadre politique du pays. D'autre part, le Maroc présente encore d'importantes disparités sociales et régionales, une faible productivité et une faible compétitivité et une économie fortement dépendante du prix des hydrocarbures et du secteur agricole. Le Maroc est classé 53e sur 190 économies par la Banque mondiale dans son dernier rapport Doing Business, gagnant 7 places par rapport à 2019, et 40 places par rapport à 2012. Cette amélioration s'est faite grâce à un meilleur accès à l'électricité (généralisation des applications en ligne pour nouvelles connexions et expansion de l'utilisation de transformateurs préfabriqués). Le traitement des permis de construire a également été facilité par l'amélioration de la plateforme en ligne dédiée.

 
Investissement Direct Etranger 201820192020
Flux d'IDE entrants (millions USD) 3.5591.7201.763
Stocks d'IDE (millions USD) 64.13566.55172.273
Nombre d'investissements greenfield* 7111162
Value of Greenfield Investments (million USD) 4.5533.0692.441

Source : CNUCED, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

LES FLUX D'IDE PAR PAYS ET SECTEUR D'ACTIVITÉ

Les pays investisseurs 2020, en %
France 36,0
Espagne 8,0
Émirats Arabes Unis 5,0
Royaume Uni 5,0
Luxembourg 4,0
Qatar 4,0
Afrique du Sud 4,0
Les secteurs investis 2020, en %
Agriculture 31,0
Activités financières et d'assurance 26,0
Mines et carrières 14,0
Information et communication 7,0
Commerce de gros et de détail 6,0
Manufacture 4,0

Source : Office des changes du ministère des finances - Dernières données disponibles.

 
Les formes de sociétés préférées par les investisseurs
S.A, S.A.R.L
Les formes d'établissements préférés par les investisseurs
Filiales
Les principaux investisseurs
Telefonica, le géant espagnol des télécommunications, est présent via l'opérateur mobile Méditel et les centres d'appel Atento. Dell vient de réaliser son plus grand centre de la zone Europe-Afrique-Moyen Orient.
La France compte près de 500 filiales au Maroc qui emploient au total plus de 65 000 personnes. Parmi les principales filiales de sociétés étrangères basées au Maroc, on peut citer Total, Renault, Holcim mais aussi STMicroelectronics (en anglais), Sanofi et Nestlé.

D'autres «success stories» peuvent être consultées sur le site d'Investir au Maroc.

Les sources statistiques
Office des changes

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir au Maroc

Les points forts

Les atouts du Maroc soUn cadre juridique et des mesures d'accompagnement très favorables aux investisseurs

  • Un cadre juridique et des mesures d'accompagnement très favorables aux investisseurs
  •     Coût de la main-d'œuvre relativement faible
  •     Un emplacement stratégique, entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne
  •     Infrastructure robuste
  •     Une population jeune et relativement bien formée
  •     Stabilité politique encouragée par la popularité du roi Mohammed VI
Les points faibles

Les principaux freins au développement du Maroc sont :

  • Un marché intérieur encore relativement limité ;
  • Un pays encore très dépendant de l'agriculture et par conséquent vulnérable aux catastrophes naturelles et au prix des hydrocarbures ;
  • Une lourdeur administrative ralentissant, entre autres, le démarrage d'activités ;
  • D’importantes disparités sociales en fonction des régions (rurales vs urbaines) et un taux de pauvreté important ;
  • Un taux du chômage élevé et une productivité faible ;
  • Un manque de transparence dans les marchés publics.
Les mesures mises en place par le gouvernement
Le gouvernement marocain encourage activement les investissements étrangers. La "Charte de l'investissement" de 1995 est la principale source juridique des IDE. Cette charte prévoit principalement des exonérations de TVA et d'impôt sur les sociétés pendant 5 ans sous certaines conditions.
Dans le secteur industriel, le Plan d'accélération industrielle 2014-2020 visait à mettre en place des «écosystèmes» intégrant les chaînes de valeur et les relations fournisseurs entre grandes entreprises et PME; et le gouvernement a annoncé un nouveau plan d'accélération pour la période 2021-2025.
Le Maroc a mis en œuvre des réformes pour réduire les frais d'enregistrement des sociétés, éliminer les exigences de capital minimum pour les sociétés à responsabilité limitée et faciliter l'enregistrement des entreprises. Les entreprises des «Zones d'Accélération Industrielle» bénéficient d'un taux d'imposition sur les sociétés de 15% après cinq premières années d'exonération, tandis que les entreprises de la Casablanca Finance City (CFC) sont exonérées pendant les cinq premières années, puis sont soumises à l'impôt au 15 Taux en% à la fois sur leurs activités locales et à l'export.
Le gouvernement marocain peut signer des accords et des contrats spécifiques avec des investisseurs, accordant des subventions pour certaines dépenses, des exonérations de droits de douane et de TVA lorsque les critères convenus sont remplis.
Chacune des 12 régions dans lesquelles le pays est divisé a le pouvoir de développer ses propres campagnes de promotion des investissements.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par le Maroc
Pour voir la liste des traités d'investissement signés par le Maroc, consultez le Navigateur des accords internationaux d'investissement de la CNUCED.
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Consultez le Navigateur de règlement des différends relatifs aux investissements de la CNUCED.
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
ICSID , Centre international pour le règlement des disputes d'investissement
ICCWBO , Cour internationale d'arbitrage, Chambre de commerce internationale
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
Le Maroc est signataire de la convention MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Maroc Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 9,0 6,4 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 2,0 4,8 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 7,0 4,7 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
Les étrangers peuvent généralement investir dans le pays en bénéficiant des mêmes conditions que les locaux (quelques exemptions s'appliquent pour des secteurs spécifiques).
La réglementation concernant les prises de participation
Les investissements étrangers dans les sociétés de transport aérien et maritime et la pêche maritime sont plafonnés à 49%. Les étrangers ne peuvent pas posséder de terres agricoles, bien qu'ils puissent les louer pour une durée maximale de 99 ans. Dans le secteur pétrolier et gazier, l'Agence nationale des hydrocarbures et des mines (ONHYM) conserve une part obligatoire de 25% de tout permis d'exploration ou de développement. Le gouvernement marocain dispose également d'un droit discrétionnaire de limiter toutes les participations majoritaires étrangères dans le capital des grandes banques nationales.
Les obligations de déclaration
Le régime des investissements au Maroc est très ouvert puisque les investisseurs n'ont même pas à obtenir d'agrément préalable : ils doivent simplement transmettre à l'Office des Changes un compte-rendu dans les six mois suivant la réalisation de l'opération. 
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Office des changes
Demande d'autorisation spécifique
Des réglementations spécifiques existent dans le secteur financier, celui des hydrocarbures ainsi que pour les zones franches.

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Consultez Instant Offices, CoWorker, Regus, etc.
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Garanti sauf pour les secteurs agricoles, où les étrangers ne peuvent louer le terrain que pendant 99 ans. Cependant, les étrangers peuvent acquérir des terres agricoles afin de réaliser un investissement ou un autre projet économique qui n'est pas de nature agricole, sous réserve d'obtenir au préalable un certificat d'utilisation non agricole des autorités.
Les risques d'appropriation
L'expropriation ne peut avoir lieu que dans l'intérêt public et moyennant une juste compensation. Si l'Etat et le propriétaire parviennent à se mettre d'accord sur la valeur, l'expropriation est complète, sinon le montant de l'indemnité sera fixé par un juge.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Les incitations prennent généralement la forme d'exonérations fiscales et d'avantages douaniers, de subventions pour certaines dépenses liées à l'investissement, etc. Des incitations sur mesure peuvent être convenues directement avec le gouvernement pour certains projets d'investissement.
Des informations détaillées sont disponibles sur le portail officiel Investir au Maroc.
Les domaines privilégiés
Outre les exonérations fiscales accordées en vertu du droit commun, le droit marocain offre des avantages financiers, fiscaux et douaniers spécifiques aux investisseurs, dans le cadre d'accords ou de contrats d'investissement à conclure avec l'État, pour autant qu'ils répondent aux critères requis. Cela concerne:
- la contribution de l'Etat à certaines dépenses d'investissement par le biais du Fonds de promotion des investissements;
- la contribution de l'Etat à certaines dépenses pour la promotion des investissements dans des secteurs industriels spécifiques et le développement de technologies modernes à travers le Fonds Hassan II pour le développement économique et social;
- exonération des droits de douane au titre de l'article 7.I de la loi de finances n ° 12/98;
- exonération de la TVA à l'importation au sens de l'article 123-22 ° -b du code général des impôts.
Les zones géographiques privilégiés
Le secteur industriel a été au centre des politiques de développement des investissements du Maroc, jusqu'au «Plan d'accélération industrielle» du pays 2014-20 et 2021-25. De plus, le Maroc investit de plus en plus dans le secteur de l'énergie.
L'Agence de développement agricole (ADA) offre des incitations aux investissements dans le secteur agricole.
Les zones franches
Il existe des parcs industriels (Bouskoura, Meknès, etc.), des technoparcs (Casa Technopark) et des zones franches (qui ont été récemment transformées en «zones d'accélération industrielle», offrant un taux d'imposition des sociétés de 15% après cinq premières années d'exonération). En outre, le gouvernement a créé la Casablanca Finance City (CFC).
Pour en savoir plus sur les incitations disponibles dans chaque zone du pays, reportez-vous à la liste des centres régionaux d'investissement.
Organismes d'aides publiques et de financement
La Commission des investissements, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social et le Fonds de promotion des investissements. Pour plus d'informations, visitez la page dédiée sur le site d'Investir au Maroc.
Par ailleurs, la Caisse Centrale de Garantie (CCG) est une institution financière publique qui propose des cofinancements, des financements en fonds propres et des garanties.
 

Consultez le Club ADEFI pour trouver les banques et les sociétés d'assurances prêtes à vous accompagner au Maroc.

 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Textile-habillement, tourisme, agriculture, aquaculture, automobile.
Les secteurs à fort potentiel
Centres d'appels, haute technologie, énergie verte (le pays possède la plus grande installation d'énergie solaire à concentration avec stockage au monde, près de Ouarzazate)
Les programmes de privatisation
Ces dernières années, le Maroc a lancé un ambitieux programme de privatisation dans de nombreux secteurs de l'économie. Les privatisations les plus importantes ont été réalisées dans les secteurs de la téléphonie mobile, de la finance, des magasins de tabac et de l'approvisionnement en eau.
Néanmoins, en mars 2020, le Trésor marocain détenait une participation directe dans 225 entreprises publiques et 43 entreprises, y compris des sociétés de télécommunications, des banques et des compagnies d'assurance, ainsi que des sociétés de transport ferroviaire et aérien.
Le gouvernement a relancé le programme de privatisation du Maroc dans le budget 2019.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Info, Appels d'offres au Maroc
Global Tenders, Appels d'offres au Maroc
MCA Morocco

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
Le gouvernement marocain détient le monopole de l'extraction des phosphates par le biais de l'Office chérifien des phosphates (OCP), qui appartient à 95% à l'État. Par ailleurs, plusieurs secteurs restent sous monopole public, gérés soit directement par les institutions publiques (transports ferroviaires, certains services postaux et services aéroportuaires), soit par les communes (distribution en gros de fruits et légumes, poissons et abattoirs).

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Agence marocaine de développement de l'investissement
AMDIE (Agence Marocaine de Développement
des Investissements et des Exportations)

Les autres ressources utiles
Liste des Centres d;Investissement Régionaux
Invest in Africa (IIA)
Attractivité des investissements en Afrique (EY)
Les guides de l'investisseur
Guide Doing Business Maroc (en anglais)
Guide des affaires au Maroc - PKF International (en anglais)
Guide des affaires au Maroc -UHY (en anglais)
 
 
 

Consultez le Club ADEFI pour trouver les agences de développement économique prêtes à vous accompagner au Maroc.

 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022