Accueil Contexte politico-économique

drapeau Kenya Kenya : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plate-forme de suivi des politiques du FMI Policy Responses to COVID-19 pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Le Kenya a connu une décennie de forte croissance économique, permettant au pays d'accéder au statut de pays à revenu intermédiaire en 2016. Le pays était l'une des économies les plus dynamiques d'Afrique subsaharienne jusqu'au déclenchement de la pandémie de Covid-19. Après s'être contractée de -0,3 % en 2020, la croissance du PIB a rebondi à environ 5,9 % en 2021, et devrait rester forte en 2022 (5,8 %) et 2023 (5,5 %) (FMI, dernières estimations). La consommation privée sera le principal moteur de la croissance (Coface). Les risques à la baisse comprennent la dépendance du pays à l'égard des prêts étrangers pour les infrastructures et l'augmentation du niveau de sa dette extérieure (Focus Economics).

L'économie du Kenya a souffert des conséquences de la pandémie de COVID-19, principalement la chute du tourisme, mais a fait preuve d'une résilience remarquable et s'est redressée en 2021. Les autorités ont poursuivi un programme de réformes visant à répondre à la pandémie, à soutenir la reprise économique et à remédier aux vulnérabilités de la dette (FMI ). À mesure que les recettes diminuaient et que les dépenses sociales et de santé augmentaient, le déficit budgétaire s'est détérioré, mais les efforts d'assainissement budgétaire ont réussi à le stabiliser. Le déficit public a atteint -8,2% du PIB en 2021, et devrait rester à ce niveau en 2022 avant de redescendre à -5,8% du PIB en 2023 (FMI). Le gouvernement a supprimé les subventions et les dépenses liées au Covid-19, mais a augmenté les dépenses pour lutter contre l'insécurité et la sécheresse dans le Nord (Coface). La dette publique a continué de croître, passant de 63 % du PIB en 2020 à 67,9 % du PIB en 2021, et devrait se stabiliser à 71,2 % du PIB en 2022 et 2023 (FMI). Comme une grande partie de la dette est due à des créanciers internationaux en devises étrangères, les finances publiques sont vulnérables aux fluctuations des taux de change. Alimentée par la hausse des prix de l'énergie, l'inflation est passée de 5,2 % en 2020 à 6,4 % en 2021, et devrait diminuer à 5,8 % en 2022 et 4,8 % en 2023 (FMI). La banque centrale devrait réagir à l'inflation en augmentant son taux d'intérêt (Coface). Les autorités kenyanes restent attachées au programme de 38 mois dans le cadre des accords de facilité de crédit élargie (EFF) et de facilité de crédit élargie (ECF) (d'une valeur de 2,34 milliards USD) approuvés par le FMI en avril 2021. Ce programme vise à réduire les vulnérabilités de la dette en augmentant les impôts. recettes et contrôler étroitement les dépenses, tout en préservant les ressources pour protéger les groupes vulnérables (FMI). Élargir le programme de vaccination contre le Covid-19, soutenir la réforme des entreprises publiques, répondre à la sécheresse dans les régions du nord et s'attaquer aux problèmes de sécurité sont les priorités. Le gouvernement poursuivra également le programme de développement des Big 4 lancé précédemment. Ce programme, qui fait partie du plan de développement à long terme du pays, Vision 2030, accordera la priorité à quatre grands domaines : l'industrie manufacturière, les soins de santé universels, le logement abordable et la sécurité alimentaire.

Le Kenya a investi dans la réduction de la mortalité infantile, atteignant cette cible des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Le pays a également réussi à presque atteindre la scolarisation primaire universelle, tout en réduisant les écarts entre les sexes dans l'éducation. Le Kenya a été classé 143e dans l'indice de développement humain du PNUD 2020. Le taux de chômage était estimé à 3% en 2020 (Banque mondiale). Après trois mauvaises saisons des pluies consécutives, la sécurité alimentaire s'est détériorée dans les terres arides et semi-arides du Kenya, qui ont besoin d'une aide humanitaire continue (Euler Hermes).

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 100,46102,43109,49116,64124,68
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 5,0-0,35,66,05,7
PIB par habitant (USD) 2.1102.104e2.1992.2902.395
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 59,067,6e69,770,269,6
Taux d'inflation (%) 5,25,2e6,05,05,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -5,56-4,53-5,52-5,95-6,38
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -5,5-4,4-5,0-5,1-5,1

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note : (e) Donnée estimée

Les principaux secteurs économiques

Le Kenya est particulièrement avancé dans le secteur des services et a été la source d'innovations adoptées sur tout le continent. En 2017, il est devenu le premier pays à vendre des obligations d'État via des téléphones portables. C'est également le troisième producteur de thé et le premier exportateur (en volume) au monde, le 8e producteur de haricots secs, le 15e producteur d'oléagineux et fait partie des 20 plus grands exportateurs de café (FAO). L'agriculture représente 23% du PIB kenyan et emploie 54% de la population active. L'agriculture et l'horticulture sont les deux principaux secteurs de l'économie kenyane. Le café, le blé, la canne à sucre, les fruits et légumes font partie des principales cultures, et les produits laitiers, le bœuf, le poisson, le porc, la volaille et les œufs sont les principaux produits d'origine animale. Le pays exporte du thé, du café, des fleurs coupées et des légumes.

Bien que le pays dispose de peu de ressources minérales, certains minéraux de grande valeur, comme le titane, ont un potentiel considérable. De plus, le Kenya pourrait devenir un producteur de pétrole et de gaz dans les années à venir, puisque de nouveaux gisements de pétrole (d'un potentiel de 750 millions de barils) ont été découverts suite au forage de puits d'exploration dans le comté de Turkana (Nord-Ouest). L'industrie représente 17,4% du PIB et emploie 6% de la population active.

Le secteur des services contribue à 53,6% du PIB et emploie 39% de la population active. Le tourisme, secteur clé de l'économie kenyane, a été touché par plusieurs attentats terroristes perpétrés par le groupe Al-Shabab depuis 2013. Les industries manufacturières et financières, bien que modestes, sont parmi les plus sophistiquées d'Afrique de l'Est. Les secteurs de l'informatique et des communications sont en pleine expansion et l'industrie de la construction est très dynamique. Le rythme de croissance des transports, de la médecine, de l'éducation ou des services financiers fait du Kenya une plaque tournante régionale. Mombasa est le troisième plus grand port d'Afrique.

En 2020, la crise du COVID-19 a frappé l'économie kenyane, en particulier le tourisme, le commerce, les transports, l'immobilier et les services financiers (Euler Hermes). Les exportations agricoles, notamment le cacao, le thé et les fleurs, ont également été affectées négativement, mais l'activité a commencé à se redresser en 2021.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 54,3 6,2 39,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 35,2 16,2 42,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 6,4 3,6 -4,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Shilling du Kenya (KES) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 108,51116,77119,52114,61121,59

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Kenya" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
54,9/100
Rang mondial :
138
Rang régional :
28

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
4.58/10
Rang mondial :
75/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

Le Kenya est largement ouvert au commerce extérieur, qui représente 27 % de son PIB (Banque mondiale, 2020). Le pays reste attaché à la libéralisation du commerce grâce à son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), au Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) et à la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), qui comprend le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi, et Soudan du Sud. L'EAC est en train d'établir une union monétaire d'ici 2024. L'EAC a également finalisé les négociations d'un APE avec l'UE en 2014, un accord ratifié par le Kenya en 2016. Le Kenya a également ratifié l'Accord de libre-échange continental africain et signé de nombreux accords commerciaux bilatéraux. Le pays négocie actuellement un accord de libre-échange avec les États-Unis et est l'un des cinq principaux bénéficiaires de l'initiative commerciale États-Unis-Afrique, l'African Growth and Opportunity Act (AGOA). La plupart des barrières tarifaires ont été éliminées et les droits de douane ne sont pas très élevés. Le Kenya exporte principalement des produits agricoles (thé, fleurs, café, fruits et légumes), des huiles de pétrole, des minerais de titane et des médicaments ; et importe principalement des produits pétroliers, de l'huile de palme, des médicaments, des céréales, des véhicules et des produits manufacturés.

Les principaux clients du pays sont l'Ouganda, le Pakistan, le Royaume-Uni, les États-Unis, les Pays-Bas et les Émirats arabes unis. Ses principaux fournisseurs sont la Chine (22 % des importations totales), l'Inde, les Émirats arabes unis, le Japon, l'Arabie saoudite, l'Indonésie et les États-Unis.

Le Kenya importe presque trois fois plus qu'il n'exporte, ce qui se traduit par une balance commerciale largement déficitaire. Cette situation perdure, du fait des importations liées à la modernisation des infrastructures et à l'exploration pétrolière. En 2020, le déficit commercial s'élevait à 9,4 milliards USD (OMC). Les exportations totales de marchandises ont atteint 6,03 milliards USD tandis que les importations totales de marchandises se sont élevées à 15,44 milliards USD. La facture des importations de services s'est élevée à 3,33 milliards USD tandis que les exportations de services ont généré environ 3 milliards USD. En 2020, malgré la crise du COVID-19, le secteur extérieur a fait preuve de résilience. La réduction de l'excédent des services a été atténuée par la baisse des importations en raison d'une demande intérieure plus faible. En 2022, les exportations de marchandises devraient bénéficier de la forte demande de fruits et légumes tandis que les exportations de services augmenteraient sensiblement avec le lent retour des touristes (Coface).

 
Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 14.11316.68717.37817.65515.435
Exportations de biens (millions USD) 5.7005.7476.0525.8396.034
Importations de services (millions USD) 3.0952.8473.6133.5953.330
Exportations de services (millions USD) 3.8853.7854.6264.6482.997
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -3,48,62,5-2,0-0,6
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -2,2-6,23,9-0,2-0,1
Importations de biens et services (en % du PIB) 23,424,223,021,420,2
Exportations des biens et services (en % du PIB) 14,313,213,212,011,3
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -7.691-10.187-10.200-10.683n/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -6.259-8.632-8.603-8.918n/a
Commerce extérieur (en % du PIB) 37,737,436,133,431,4

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2020
Ouganda 11,2%
Pakistan 8,5%
Royaume Uni 7,8%
Etats-Unis 7,7%
Pays-Bas 7,6%
Voir plus de pays 57,2%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2020
Chine 22,0%
Inde 11,5%
Emirats Arabes Unis 5,6%
Japon 5,3%
Arabie saoudite 4,2%
Voir plus de pays 51,3%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Principaux produits échangés

6,0 Mds USD de produits exportés en 2020
Thé, même aromatiséThé, même aromatisé 20,3%
Fleurs et boutons de fleurs, coupés, pour bouquets...Fleurs et boutons de fleurs, coupés, pour bouquets ou pour ornements, frais, séchés, blanchis, teints, imprégnés ou autrement préparés 9,5%
Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ...Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux (autres que les huiles brutes); préparations n.d.a. contenant en poids >= 70% d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux et dont ces huiles constituent l'élément de base; déchets d'huiles contenant principalement des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux 6,7%
Café, même torréfié ou décaféiné; coques et...Café, même torréfié ou décaféiné; coques et pellicules de café; succédanés du café contenant du café, quelles que soient les proportions du mélange 3,6%
Minerais de titane et leurs concentrésMinerais de titane et leurs concentrés 2,6%
Voir plus de produits 57,3%
15,4 Mds USD de produits importés en 2020
Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ...Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux (autres que les huiles brutes); préparations n.d.a. contenant en poids >= 70% d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux et dont ces huiles constituent l'élément de base; déchets d'huiles contenant principalement des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux 12,3%
Huile de palme et ses fractions, même raffinées,...Huile de palme et ses fractions, même raffinées, mais non chimiquement modifiées 5,4%
Médicaments (à l'excl. des produits du n° 3002,...Médicaments (à l'excl. des produits du n° 3002, 3005 ou 3006) constitués par des produits mélangés ou non mélangés, préparés à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, présentés sous forme de doses [y.c. ceux destinés à être administrés par voie percutanée] ou conditionnés pour la vente au détail 3,5%
Froment [blé] et méteilFroment [blé] et méteil 3,0%
Voitures de tourisme et autres véhicules...Voitures de tourisme et autres véhicules automobiles principalement conçus pour le transport de personnes (autres que les véhicules pour le transport de dix personnes ou plus, chauffeur compris, du n° 8702); voitures du type 'break' et voitures de course 2,9%
Voir plus de produits 73,0%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 

Return to top

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Uhuru Kenyatta (depuis le 9 avril 2013) - Jubilee Alliance (sa dernière victoire en août 2017 a été invalidée par la Cour suprême kényane)
Vice Président : William Ruto (depuis le 9 avril 2013)
Les prochaines élections
Présidentielles : août 2022
Assemblée Nationale : août 2022
Les principaux partis politiques
L'Assemblée Nationale s'est élargie en 2010 et compte aujourd'hui 350 sièges. Il existe de nombreux partis actifs au Kenya : 

- Le Mouvement Démocratique Orange (ODM) : promeut la démocratie sociale
- L'Alliance Nationale (TNA) : Coalition du Jubilé
- Parti Républicain Uni (URP) : Coalition du Jubilé
- Le Mouvement Démocratique Wiper - Kenya (WDM-K) : CORD
- Parti du Forum Démocratique Uni (UDFP) : centre, cherche à favoriser la croissance économique et à réformer le gouvernement
- Forum pour la Restauration de la Démocratie - Kenya (FORD - Kenya)

- Forum Pour la Restauration de la Démocratie-Peuple( FORD-Peuple)

- Congrès National d'Amani (ANC): social-libéralisme

- Coalition National Arc-en-Ciel (NARC): démocratique

- Le Parti de l'Alliance du Kenya (APK)

- Le Parti Fédéral du Kenya (FPK)

- L'Union Nationale Africaine du Kenya (KANU)

La nature de l'Etat
République démocratique fédérale.
Le pouvoir exécutif
Le pouvoir exécutif est composé du président, qui est élu directement pour un mandat de cinq ans (et pouvant servir pendant un maximum de deux mandats), d'un vice-président élu et du Cabinet. Le président est le chef de l'Etat et du gouvernement, le commandant en chef des forces armées et il préside le Conseil de sécurité nationale.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif comprend l'Assemblée nationale et le Sénat. L'Assemblée nationale contrôle les dépenses nationales et la répartition des recettes entre les deux niveaux de gouvernement. Le Sénat représente les 47 comtés et représente leurs intérêts et ceux des gouvernements de comté.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
102/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
4/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19
To find out about the latest status of the COVID19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID-19 disease in Kenya, please visit the Kenyan Ministry of Health’s Covid-19 webpages with the official data.

For the international outlook you can consult the latest situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.
Mesures sanitaires
To find out about the latest public health situation in Kenya and the current sanitary measures in vigour, please consult the Ministry of Health’s Covid-19 webpages.
Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.

The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export
For information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports), refer to Coronavirus: Kenyan firms banned from exporting face masks and the Kenya Bureau of Standards Public Notice to Importers of Used/ Second-Hand Garments and Used Shoes.

For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For  information on the economic recovery scheme put in place by the Kenyan government to address the impact of the COVID19 pandemic on the Kenyan economy, refer to the article Tax relief, CRB-listing suspension: Here are all directives issued by Pres. Kenyatta to ensure you have more money in your pocket and the Wikipedia page about the Kenyan Economic response to COVID-19.

For a general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Kenyan government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Kenya in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For information on the local business support scheme established by the Kenyan government and other organizations to help small and medium-sized companies to deal with the economic impacts of the COVID19 epidemic on their activity refer to COVID-19 Support Available for Businesses in Kenya and the Ministry  of  Industrialization,  Trade  and  Enterprise  Development’s Frequently Asked Questions for Business Operations During Curfew and Restricted Travel Period of COVID-19 Crisis.

For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.
Plan de soutien aux exportateurs

There are no specific support plans for exporters in Kenya so far. For future possible up-to-date information please visit the website of the Kenyan Ministry of Industrialization, Trade and Enterprise Development (MoITED).

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022