drapeau Kenya Kenya : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir au Kenya | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les opportunités d'investissement

 

Les IDE en chiffres

Les investissements étrangers au Kenya restent relativement faibles compte tenu de la taille de son économie et de son niveau de développement. Néanmoins, le Kenya est l'un des plus grands bénéficiaires d'IDE en Afrique. Selon les chiffres du Rapport sur l'investissement dans le monde 2023 de la CNUCED, les flux d'IDE vers le pays ont augmenté de près de 64 % en 2022, atteignant 759 millions USD, ce qui reste inférieur aux niveaux enregistrés avant la pandémie. À la fin de la même période, le stock total d'IDE s'élevait à 11,2 milliards USD, représentant à peine 9,7 % du PIB du pays. Selon l'enquête sur les investissements étrangers publiée par la Banque nationale du Kenya, les principaux investisseurs dans le pays sont le Royaume-Uni (13,5 %), l'île Maurice (11 %), les États-Unis (10,3 %), l'Afrique du Sud (9,8 %) et la France (5,2 %). La majorité du stock d'IDE est concentrée dans la finance et l'assurance (un tiers du total), suivie par l'information et la communication (16,1 %), le commerce de gros et de détail (15,4 %) et les activités manufacturières (14,8 %). Ces dernières années, c'est le secteur des TIC qui a attiré le plus d'IDE, grâce à l'arrivée de la fibre optique. Le Kenya est également un leader régional en matière de développement d'énergies propres, avec plus de 90 % de l'électricité produite par le réseau provenant de sources renouvelables. Le secteur des services a notamment joué un rôle important dans l'attraction des IDE, surpassant les secteurs industriels en termes d'attraction d'IDE sur site vierge entre 2018 et 2022. Selon la Banque mondiale, au cours du premier semestre 2023, les IDE entrants se sont contractés de 27 millions USD, ce qui pourrait refléter une incertitude accrue au niveau mondial et national.

Le gouvernement kenyan a pris des mesures et mis en œuvre des réformes pour attirer les IDE. Le développement de partenariats public-privé dans le cadre de la stratégie "Vision 2030" devrait également avoir une influence positive sur les entrées d'IDE. Le Kenya joue un rôle central dans la Communauté de l'Afrique de l'Est, en tant que centre économique régional. Il bénéficie d'une situation géographique stratégique avec un accès à la mer, d'une classe moyenne entrepreneuriale croissante, d'une agriculture diversifiée, d'un secteur des services en expansion et de ressources en hydrocarbures récemment découvertes. En outre, le pays dispose d'un secteur financier développé et d'une solide infrastructure de télécommunications, et offre des incitations fiscales et non fiscales aux investisseurs étrangers. Néanmoins, de nombreux obstacles à l'investissement persistent, notamment la mauvaise qualité des infrastructures, la pénurie de compétences, l'instabilité liée au risque terroriste et aux divisions politiques, sociales et ethniques, l'inefficacité de l'État de droit et la corruption. La participation locale est obligatoire dans divers secteurs, notamment les assurances (au moins un tiers), les télécommunications et les services de TIC (au moins 30 %). Les restrictions à l'IDE persistent dans des secteurs critiques tels que les services aux entreprises et les services financiers. La complexité des procédures d'entrée et d'octroi de licences, ainsi que les différences de processus entre les comtés, freinent encore davantage les IDE. La rationalisation des procédures administratives, y compris la numérisation et l'amélioration du guichet unique pour les investisseurs étrangers, peut faciliter l'augmentation des IDE. Selon Transparency International, le Kenya est actuellement classé 126e sur 180 économies dans l'indice de perception de la corruption 2023. Le Kenya se classe 100e parmi les 132 économies de l'Indice mondial de l'innovation 2023 et 120e sur 184 pays dans le dernier Indice de liberté économique.

 
 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Flux d'IDE entrants (millions USD) 717463759
Stocks d'IDE (millions USD) 10.01010.47311.232
Nombre d'investissements greenfield* 444169
Value of Greenfield Investments (million USD) 7582.1712.011

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir au Kenya

Les points forts
Parmi les atouts du Kenya figurent son économie de marché, sa position de hub commercial, économique, technologique et logistique en Afrique de l'Est, son statut de centre financier régional, sa solide base industrielle et ses infrastructures routières bien développées. En zone urbaine, le Kenya bénéficie également d'une population jeune, bien éduquée et anglophone. Enfin, les investisseurs étrangers bénéficient du même traitement que les investisseurs nationaux de la part des autorités administratives et judiciaires.
Les points faibles
Parmi les facteurs qui peuvent décourager les investissements dans le pays figurent la corruption, la lenteur du système judicaire, le fort taux de chômage et de pauvreté, les problèmes sécuritaires récents liés au terrorisme et au crime, les tensions interethniques, le coût de la main d'oeuvre qualifiée, le coût de l'énergie et l'instabilité du système de distribution électrique, l'insuffisance des infrastructures, les incertitudes actuelles autour de la constitution capital d'une société étrangère et les difficultés administratives concernant l'obtention des permis de travail. Les étrangers ne peuvent pas posséder de terres au Kenya (ils peuvent en louer pour une durée de 99 ans). Enfin, pour bénéficier de certaines mesures incitatives gouvernementales, les investisseurs étrangers doivent investir 100.000 USD au minimum.
Les mesures mises en place par le gouvernement
En avril 2013, le gouvernement a adopté une législation sur les partenariats publics-privés (PPP) dans le but d'attirer les investissements étrangers dans le secteur des infrastructures. Le gouvernement a mis en place un vaste programme de privatisation dans divers secteurs, tels que l'agroalimentaire, la construction, l'équipement, l'éducation, l'énergie, etc. Les zones économiques spéciales et zones franches d'exportation bénéficient de mesures incitatives ciblées. La Loi minière a récemment été modifiée, limitant la participation étrangère dans le secteur de l'extraction du pétrole, du gaz et des minerais. Toutefois, en 2015 des amendements ont été apportés à cette loi, afin de rendre le climat d'investissement attrayant dans le secteur des industries extractives.
Un nouveau Company Act, promulgué en 2015, devait obliger désormais toute entreprise étrangère à réserver au moins 30% de son capital à un citoyen kényan. Toutefois, cette clause a été suspendue. Malgré ces questions qui restent en suspens, cette loi modernise les procédures d'enregistrement et d'opération pour les entreprises.
En 2015, le Business Registration Services (BRS) Act a mis en place le Business Registration Service. Cette nouvelle loi encadre l'enregistrement des sociétés et attribue aux comtés l'enregistrement du nom et des concepts d'une société, ce qui réduit le coût d'enregistrement d'une société.
Le gouvernement kényan a aussi introduit le Insolvency Act en 2015 afin d'améliorer le cadre judiciaire en cas de faillite d'une entreprise.
Les conventions bilatérales d'investissement signées par le Kenya
Le Kenya a conclu 20 accords d'investissements bilatéraux.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
Garantie
La réglementation concernant les prises de participation
Possible
Les obligations de déclaration
En vertu de la Loi sur les armes à feu et de la Loi sur les explosifs, la fabrication et le commerce des armes à feu (y compris les munitions) et des explosifs nécessite des permis spéciaux délivrés par l'Officier en chef des licences pour les armes à feu et le Commissaire des Mines et de la Géologie, respectivement. Les licences de technologie sont soumises au contrôle de l'Institut de la propriété industrielle du Kenya (KIPI) afin de s'assurer qu'elles sont en conformité avec la Loi sur la propriété industrielle.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Site web de la Kenya Revenue Authority
E-Citizen
Autorité des Investissements du Kenya
Demande d'autorisation spécifique
Les seuls secteurs importants dans lesquels les investissements (étrangers et nationaux) sont limités sont ceux où les sociétés d'État jouissent encore d'un monopole légal. Ces monopoles sont limités presque exclusivement aux infrastructures dans les domaines de l'énergie, des télécommunications et des ports.

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les agences d'aide à l'investissement
Organisation Kenyane d'Investissement (KIA)
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Kenya, Appels d'offres au Kenya
Accès aux opportunités de marchés publics (AGPO), Appels d'offres au Kenya
Autorité fiscale du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Autorité des communications du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Ministère de l'éducation du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Le Trésor National & la Planification Economique, Appels d'offres au Kenya
Banque centrale du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Autorité aéroportuaire du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Autorité des routes urbaines du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Autorité nationale des autoroutes du Kenya, Appels d'offres au Kenya
Autorité des technologies de l'information et de la communication (TIC), Appels d'offres au Kenya
Autorité de la concurrence du Kenya, Appels d'offres au Kenya
National Oil Corporation of Kenya, Appels d'offres au Kenya
Kenya Pipeline Company, Appels d'offres au Kenya
Kenya Power, Appels d'offres au Kenya
Tender Yetu, Appels d'offres au Kenya
Tender Soko Limited, Appels d'offres au Kenya
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

L'agence est le bras armé de la Région en termes de développement économique, d'innovation et de soutien à l'emploi. A ce titre, AD'OCC déploie les dispositifs de financement définis par la Région pour ancrer durablement l'emploi sur le territoire.

Contact Sites Pérols
  • 3840 avenue Georges Frêche 34477 Pérols
  • Tél : 04 99 64 29 29
Contact Site Toulouse
  • 55 Avenue Louis Breguet – La Cité CS 84008 – 31028 Toulouse Cedex 4
  • Tél : 05 61 12 57 12

Réseaux