Accueil Contexte politico-économique

drapeau Afghanistan Afghanistan : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

La reprise économique de l'Afghanistan a été interrompue par l'épidémie de Covid-19 en 2020, qui a pesé sur le moral déjà fragile des consommateurs et des investisseurs et a ralenti les flux commerciaux aux frontières du pays. En outre, depuis que les talibans ont repris le pouvoir en août 2021, la situation dans le pays se serait aggravée : l'effondrement complet de l'infrastructure bancaire et l'augmentation de la pauvreté et de la faim font que le pays a un besoin urgent d'aide humanitaire. Dans un contexte d'incertitude et de contraction de 25 % depuis août 2021, l'économie afghane devrait stagner en 2023, car elle doit s'adapter à une demande considérablement réduite (Banque mondiale).
Selon la Banque mondiale, au cours des dix premiers mois de l'exercice 2023-24 (du 22 mars 2023 au 21 janvier 2024), la collecte des recettes a atteint 171 milliards d'AFN, soit une augmentation de 5,7 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Les taxes à la frontière, qui constituent 54 % des recettes totales et sont perçues par le Département des douanes de l'Afghanistan (ACD), ont connu une croissance modérée de 4 % en dépit d'une augmentation substantielle de 20 % des importations. Plusieurs facteurs ont contribué à cette faible croissance, notamment la forte appréciation de l'AFN, la réduction de la valeur des importations en monnaie locale, la baisse des droits de douane sur certains produits alimentaires, la diminution de la taxe sur les recettes des entreprises pour les matières premières destinées aux entreprises manufacturières et la fermeture des frontières. Les recettes intérieures perçues par le département des recettes de l'Afghanistan (ARD) ont enregistré une meilleure croissance (8,2 %) par rapport à la même période de l'année précédente, grâce au bureau des petits contribuables (STO) et au Mostafiat (collecte dans les provinces). Le ralentissement de la demande, l'amélioration des conditions de l'offre et le renforcement de la monnaie ont entraîné une forte baisse de l'inflation par rapport au pic de 18,3 % atteint en juillet dernier, ce qui a conduit à une déflation depuis avril 2023. Si la déflation initiale peut stimuler les salaires réels, une déflation prolongée pourrait entraver l'expansion des entreprises et augmenter les taux de chômage. Les risques qui pèsent sur la reprise en Afghanistan comprennent la réduction potentielle de l'aide internationale en raison des pressions budgétaires dans les pays donateurs, ainsi que des politiques restrictives à l'égard des femmes et des jeunes filles. Les inquiétudes concernant la stabilité du secteur bancaire et les dysfonctionnements du système de paiement aggravent encore ces risques.

L'Afghanistan est l'un des pays les plus pauvres du monde, avec un PIB par habitant (PPA) d'environ 1 673 USD (Banque mondiale - dernières données disponibles). La population est confrontée au chômage, à de mauvaises conditions sanitaires, à la faiblesse des infrastructures de base (santé, eau, électricité) et à l'insécurité. Selon la base de données de la Banque mondiale, le taux de chômage en 2022 était égal à 14,1 % de la population active totale (en hausse de 2 points de pourcentage par rapport à l'année précédente) ; il convient toutefois de noter que le taux d'emploi non déclaré est plus élevé. Bien qu'une classe moyenne afghane ait commencé à émerger - principalement composée d'expatriés ayant grandi en Iran ou au Pakistan - elle a tendance à être découragée par la situation économique et politique du pays. Ainsi, l'immigration vers les pays occidentaux a considérablement augmenté ces dernières années et constitue un risque majeur pour le développement à long terme du pays. De plus, la restriction de l'emploi des femmes imposée par les Talibans peut entraîner une perte économique supplémentaire estimée entre 3 et 5% du PIB (Coface). Selon le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA), 15,8 millions de personnes sont confrontées à une faim aiguë, dont 6 millions en situation d'urgence. On s'attend à ce que les conditions économiques fragiles persistent, exacerbant l'insécurité alimentaire aiguë en 2024. Le plan de réponse humanitaire pour l'Afghanistan en 2024 nécessite 3,06 milliards d'USD pour fournir une aide à 17,3 millions de personnes.

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture a toujours été un moteur de l'économie afghane. Avant la domination des talibans et les décennies de conflit, l'Afghanistan était non seulement capable de produire suffisamment de nourriture pour sa propre population, mais aussi d'exporter de nombreux produits agricoles, tels que les amandes, les grenades, les pistaches, les raisins secs et les abricots. Néanmoins, l'agriculture est aujourd'hui sur la voie du redressement, principalement grâce à l'aide internationale, et continue d'être la principale source de revenus pour de nombreux ménages. Aujourd'hui, l'agriculture représente 33,6 % du PIB et emploie 47 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). La culture de l'opium - concentrée dans le sud-ouest du pays - est l'un des principaux secteurs ; cependant, suite à l'annonce de l'interdiction de la "culture du pavot et de tous les types de stupéfiants" par les autorités de facto en avril 2022, il y a eu une diminution significative de la culture du pavot à opium et de la production d'opium en 2023. Selon les dernières données disponibles de la Banque mondiale, le secteur primaire a connu une contraction de 6,6 % en glissement annuel en 2022.

L'industrie est encore largement à l'état embryonnaire et dépend de l'industrie manufacturière à petite échelle (principalement le textile), mais aussi de l'exploitation minière et de la production d'énergie. L'industrie manufacturière est le seul secteur qui emploie majoritairement des femmes (avant la prise de pouvoir par les talibans, 65 % de tous les travailleurs de l'industrie manufacturière étaient des femmes). L'industrie dans son ensemble représente 14,3 % du PIB et emploie 18 % de la main-d'œuvre totale. La part du secteur manufacturier dans le PIB s'élève actuellement à 8 %, ce qui représente un net recul par rapport aux 20 % de 2002. Le secteur industriel s'est contracté de 5,7 % en 2022 (Banque mondiale).

Après des années d'expansion, le secteur des services emploie 35 % de la main-d'œuvre et représente 47,2 % du PIB. Les services communautaires, sociaux et personnels représentent une part considérable du secteur tertiaire, suivis par le commerce de gros et de détail. Les services de financement, d'assurance, d'immobilier et les services aux entreprises sont presque inexistants et emploient 1 % de la main-d'œuvre. Il est important de noter que les statistiques officielles ne tiennent pas compte des activités illicites, telles que la culture du pavot, le trafic d'opium et d'héroïne ainsi que la contrebande transfrontalière, qui représenteraient une part importante de l'économie. Il convient également de noter qu'après la prise du pouvoir par les Talibans, les entreprises ont réduit leurs activités en licenciant des employés, en réduisant les salaires et en recourant davantage à l'argent liquide (57 %) et aux transactions hawala (31 %), le pourcentage d'entreprises déposant de l'argent dans les banques tombant à 12 % seulement (contre 82 % avant août 2021 - données de la Banque mondiale). Selon les dernières données disponibles, le secteur tertiaire s'est contracté de 6,5 % en glissement annuel en 2022.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 46,0 18,5 35,5
Valeur ajoutée (en % du PIB) 33,5 15,6 46,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -2,8 -14,2 -32,7

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Afghani d'Afghanistan (AFN) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 72,2076,8485,0587,1987,67

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

Après la chute du gouvernement taliban en 2001, l'Afghanistan s'est ouvert au commerce international. L'État a mis en place très peu de barrières commerciales pour les produits importés et les droits de douane ont été maintenus au même niveau compte tenu de la faiblesse des importations. La part du commerce est estimée à 51 % du PIB en 2021 (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'Afghanistan exporte traditionnellement des produits de faible valeur, tels que des fruits secs, des tapis, du coton, des céréales et des boissons non alcoolisées. Ses principaux produits d'importation sont le blé, la tourbe, les textiles et les produits pétroliers. Bien qu'il ne soit pas officiellement enregistré, l'opium reste le principal produit d'exportation du pays, mais sa production a été considérablement réduite en 2023. Selon la Banque mondiale, en 2023, les exportations de l'Afghanistan ont totalisé 1,9 milliard d'USD, soit une légère augmentation de 0,4 % par rapport à l'année précédente. Les exportations de charbon, qui ont contribué de manière significative en 2022 avec 476 millions d'USD, ont connu une réduction notable de 46% à 257 millions d'USD en 2023. En revanche, les exportations de denrées alimentaires ont augmenté de 13 % pour atteindre 1,3 milliard d'USD, tandis que les exportations de textiles ont bondi de 46 % pour atteindre 281 millions d'USD. Le Pakistan et l'Inde restent les principales destinations des exportations, avec des parts respectives de 54 % et 31 %. Toutefois, les exportations vers le Pakistan ont diminué de 15 % pour atteindre 1,0 milliard d'USD, 70 % de ces exportations étant constituées de denrées alimentaires et de charbon. Les exportations de denrées alimentaires vers l'Inde ont connu une hausse remarquable de 43 %, atteignant 578 millions USD en 2023, ce qui a permis de compenser la baisse des exportations vers le Pakistan. En 2023, les importations ont atteint 7,8 milliards d'USD, soit une augmentation significative de 23 % par rapport aux importations de l'année précédente (6,3 milliards d'USD). Les importations de produits alimentaires, qui représentent 22 % du total, ont augmenté de 9 % pour atteindre 1,7 milliard d'USD, y compris des produits clés tels que les céréales, les légumes comestibles, le malt, les amidons, l'inuline, le gluten de blé et le tabac. Les minéraux, qui représentent 20 % du total des importations, ont augmenté de 15 %, passant de 1,3 milliard USD en 2022 à 1,6 milliard USD en 2023, les carburants, les huiles minérales, le sel et le soufre étant des composants notables. Les importations de textiles ont augmenté de 11 %, atteignant 0,72 milliard USD en 2023. Les denrées alimentaires, les textiles et les minéraux représentent collectivement plus de la moitié des importations. Les produits chimiques, les machines et les produits de transport ont connu une croissance significative des importations de 37 %, 63 % et 85 %, respectivement, en 2023. L'Iran est le principal pays d'origine des importations (23 %), suivi du Pakistan (19 %), de la Chine (15 %) et des Émirats arabes unis (15 %). Le déficit global du commerce de marchandises pour 2023 s'est creusé de 34 % pour atteindre 5,9 milliards USD, contre 4,4 milliards USD en 2022.

Le mauvais état de ses infrastructures, un cadre juridique et commercial encore en cours de développement et l'insécurité persistante constituent des barrières commerciales de fait. Néanmoins, fin 2015, la demande d'adhésion de l'Afghanistan à l'OMC a été approuvée par ses États membres. Le développement du commerce avec l'Asie centrale et l'Iran pourrait accroître les exportations, de même que l'ouverture d'une nouvelle voie ferrée reliant la Chine à l'Afghanistan via le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. En février 2023, le principal poste frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan a été fermé.

 
Indicateurs du commerce extérieur 20192020202120222023
Importations de biens (millions USD) 6.7776.5385.3085.5296.064
Exportations de biens (millions USD) 864777850819903
Importations de services (millions USD) 1.2131.105000
Exportations de services (millions USD) 652700000
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -5.294-5.101n/an/an/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) -5.855-5.507n/an/an/a

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2019
Inde 47,1%
Pakistan 34,3%
Chine 3,6%
Turquie 2,9%
Emirats Arabes Unis 2,9%
Voir plus de pays 9,3%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2019
Iran 14,6%
Chine 13,9%
Pakistan 12,9%
Etats-Unis 9,1%
Turkménistan 8,1%
Voir plus de pays 41,5%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 
 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 
 

Principaux services échangés

0,7 Mds USD de services exportés en 2020
44,35%
14,60%
12,38%
10,37%
9,23%
7,83%
0,88%
0,35%
0,02%
n/a%
1,1 Mds USD de services importés en 2020
84,20%
5,73%
2,75%
2,73%
2,15%
1,17%
0,56%
0,55%
0,16%
0,01%

Source : Département des statistiques des Nations Unies, dernières données disponibles

Return to top

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Chef suprême du mouvement Taliban : Hibatullah Akhundzada
Les prochaines élections
A déterminer
Les principaux partis politiques
L'Afghanistan disposait d'un système multipartite avec de nombreux partis politiques avant la prise de pouvoir des Talibans. Le gouvernement taliban impose un État autoritaire et a interdit les autres partis politiques.
La nature de l'Etat
Régime théocratique dictatorial (depuis août 2021)
Le pouvoir exécutif
Après avoir pris le pouvoir en août 2021, les talibans ont instauré un régime qui a fortement limité les libertés démocratiques dans le pays. La plupart des pays (y compris le G7) ne reconnaissent pas le gouvernement taliban.
Avant la prise de pouvoir, le président était à la fois chef de l'État et chef du gouvernement.
Le pouvoir législatif
Avant la prise de pouvoir des talibans en 2021, le pouvoir législatif était bicaméral. Le parlement, ou Assemblée nationale, était composé d'une chambre haute et d'une chambre basse. La chambre basse, Wolesi Jirga, était la plus puissante des deux chambres, et ses membres (pas plus de 250, la loi électorale de 2004 ayant fixé la taille de la chambre à 249 membres) étaient élus par le peuple pour un mandat de cinq ans. La chambre haute, Meshrano Jirga, était composée de 102 sièges et ses membres étaient élus pour un mandat de 5 ans.

L'Assemblée nationale a été dissoute le 15 août 2021 après la chute de Kaboul.
 
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the Afghan government, please consult the section dedicated to Afghanistan in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024

L'agence est le bras armé de la Région en termes de développement économique, d'innovation et de soutien à l'emploi. A ce titre, AD'OCC déploie les dispositifs de financement définis par la Région pour ancrer durablement l'emploi sur le territoire.

Contact Sites Pérols
  • 3840 avenue Georges Frêche 34477 Pérols
  • Tél : 04 99 64 29 29
Contact Site Toulouse
  • 55 Avenue Louis Breguet – La Cité CS 84008 – 31028 Toulouse Cedex 4
  • Tél : 05 61 12 57 12

Réseaux